Air France: le dialogue avec les pilotes reprend vendredi

© 2015 AFP

— 

Un avion d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Roissy, le 5 octobre 2015
Un avion d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Roissy, le 5 octobre 2015 — Kenzo Tribouillard AFP

Les deux syndicats de pilotes représentatifs à Air France, le SNPL et le SPAF, seront reçus vendredi par la direction de la compagnie aérienne, une première depuis l'échec des négociations sur le plan de productivité «Perform 2020», a-t-on appris auprès d'eux.

Le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, recevra à 11H00 les représentants des pilotes dans les locaux de la compagnie aux Invalides. Seront également présents le président d'Air France, Frédéric Gagey, et le directeur des ressources humaines, Xavier Broseta.

Contactée, la direction de la compagnie se refuse à tout commentaire.

L'ordre du jour de la réunion de vendredi reste pour l'heure inconnu.

En outre, la CGT a affirmé à l'AFP que la direction avait pris contact avec l'ensemble des organisations syndicales afin de fixer prochainement des rencontres bilatérales, ce que le syndicat regrette.

«Ils continuent à cloisonner le dialogue social» entre les différentes catégories de personnel, ce qui empêche de «poser les vraies questions» sur l'avenir de la compagnie, a commenté pour l'AFP Mehdi Kemoune, secrétaire général adjoint de la CGT Air France.

Son syndicat plaide, comme plusieurs autres, pour des négociations inter-catégorielles.

La confirmation d'un plan de restructuration menaçant à court terme 2.900 emplois a donné lieu lundi à des débordements parfois violents, le DRH Xavier Broseta ayant été obligé du fuir des salariés en colère, la chemise arrachée.

Air France a opté pour ce «plan B» alternatif au projet Perform prévu initialement, en raison de l'échec des négociations, acté le 30 septembre, avec les syndicats de pilotes sur de nouvelles mesures de productivité.

La direction réclamait notamment aux personnels navigants de voler une centaine d'heures de vol en plus par an, à salaire égal. Ils devaient également renoncer à des congés.

Les relations entre les pilotes et la direction se sont dégradées depuis la grève de septembre 2014 menée, deux semaines durant, contre l'expansion de la filiale low cost Transavia.

Les syndicats de pilotes ont regretté à plusieurs reprises l'absence de MM. de Juniac, Gagey et Broseta lors des dernières séances de négociations en septembre.