Bourse: le géant de la gestion d'actifs Amundi lance son introduction

© 2015 AFP

— 

La société de gestion d'actifs française Amundi a donné mercredi le coup d'envoi de son introduction en Bourse à Paris
La société de gestion d'actifs française Amundi a donné mercredi le coup d'envoi de son introduction en Bourse à Paris — Eric Piermont AFP

La société de gestion d'actifs française Amundi, un poids lourd mondial, a donné mercredi le coup d'envoi de son introduction en Bourse à Paris, qui promet d'être l'une des opérations les plus importantes de l'année.

La cotation est «prévue pour la mi-novembre», a précisé Yves Perrier, directeur général d'Amundi, lors d'une conférence de presse. Le groupe attend désormais le feu vert de l'Autorité des marchés financiers (AMF), l'opération restant par ailleurs soumise aux conditions de marché.

Annoncée à la mi-juin, cette opération sans augmentation de capital doit permettre à Société Générale, dont c'est la filiale commune avec Crédit Agricole, de céder sa participation de 20% dans le groupe.

Le Crédit Agricole va conserver la majorité du capital, même s'il envisage de céder entre «0 et 5%» de sa participation mais la décision est encore à prendre, a poursuivi Yves Perrier.

L'entrée en Bourse «avait été annoncée dès la création de la société» en 2010 et est «conforme au pacte d'actionnaires» conclu à l'époque entre les deux banques françaises, a-t-il précisé.

- Une valorisation de 8 à 10 milliards d'euros -

Selon une source proche du dossier, la valorisation d'Amundi pourrait atteindre entre 8 et 10 milliards d'euros, ce qui en ferait l'une des opérations emblématiques à la Bourse de Paris en 2015.

Le secteur de la gestion d'actifs est très peu représenté sur la place parisienne, au contraire des marchés anglo-saxons avec notamment des acteurs mondiaux cotés en Bourse comme l'américain BlackRock ou le britannique Schroders.

Amundi «est un des leaders en Europe, avec une marque connue dans le monde entier. Cela a valeur de symbole pour la Bourse de Paris», se félicite Marc Lefèvre, responsable des cotations au sein de l'opérateur boursier Euronext, qui chapeaute la Bourse de Paris.

«En France, d'autres sociétés de gestion sont cotées mais de taille beaucoup plus modeste», précise-t-il.

La société, née en 2010 de la fusion des activités de gestion d'actifs de Crédit Agricole et Société Générale, totalisait 954 milliards d'euros d'encours sous gestion au 30 juin, fait partie des dix premiers au monde.

Présente sur l'ensemble des classes d'actifs (actions, obligations, etc.) et dans 30 pays, Amundi est très rentable, avec un résultat net de 274 millions d'euros au premier semestre 2015.

Ses clients sont à la fois des particuliers et des professionnels, la société pouvant s'appuyer sur les réseaux bancaires de Crédit Agricole et Société Générale.

M. Perrier a précisé que la société dispose d'une part de 1,3 milliard d'euros dans ses fonds propres disponibles «pour financer le cas échéant des acquisitions et pour conforter une politique de dividendes».

En termes d'objectifs, Amundi prévoit en 2015 un résultat net part du groupe entre 515 et 535 millions d'euros, soit une progression située entre 5% et 9%, hors coûts relatifs à l'introduction en Bourse.

Pour la période 2016-2018, le groupe s'est fixé un objectif de collecte de 120 milliards d'euros et a souligné être en avance sur son objectif de 1.000 milliards d'euros d'encours initialement prévu à fin 2016, qui devrait être quasiment atteint fin 2015, selon M. Perrier.

- Marchés financiers très agités -

Le groupe se lance alors même que les marchés financiers sont très agités depuis quelques mois, avec une grande volatilité, qui n'est pas toujours propice aux introductions en Bourse.

Pour autant, ces turbulences n'ont pas empêché certaines sociétés d'annoncer vouloir mettre un pied en Bourse d'ici la fin de l'année comme le pionnier du streaming musical Deezer, le numéro deux français du déstockage en ligne Showroomprivé ou encore le spécialiste français de la sécurité numérique Oberthur Technologies.

«Le marché est toujours très largement ouvert profitant de liquidités considérables, ce qui n'empêche pas les investisseurs d'être sélectifs», explique M. Lefèvre, en prévoyant une année 2015 de très bonne facture.

Les introductions en Bourse bénéficient de facteurs toujours favorables, avec un retour progressif de la croissance en zone euro et surtout d'une politique monétaire très généreuse de la part de la Banque centrale européenne (BCE).