L'emploi américain fait hésiter Wall Street, qui finit en hausse

© 2015 AFP

— 

Un panneau de Wall Street devant la façade de New York, le 5 août 2011
Un panneau de Wall Street devant la façade de New York, le 5 août 2011 — Stan HONDA AFP

Soutenue par une embellie du secteur de la santé, Wall Street a nettement monté vendredi à l'issue d'une séance particulièrement incertaine après des chiffres décevants sur l'emploi américain: le Dow Jones a pris 1,23% et le Nasdaq 1,74%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 200,36 points à 16.472,37 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 80,69 points, à 4.707,78 points.

L'indice élargi S&P 500, jugé le plus représentatif par de nombreux investisseurs, a avancé de 1,43%, soit 27,54 points, à 1.951,36 points.

Après une ouverture en nette baisse juste après la publication des chiffres mensuels du gouvernement américain sur l'emploi, le Dow Jones perdant plus de 1,5%, les principaux indices n'ont cessé de regagner du terrain pour conclure la journée en franche hausse.

«C'était une séance plutôt déroutante», a reconnu Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management. Les mouvements «ont été en grande partie techniques et je ne pense pas qu'il faille y accorder trop d'importance».

Considéré par beaucoup d'observateurs comme le principal indicateur de la semaine, le rapport du département du Travail s'est avéré très peu engageant en faisant état de seulement 142.000 nouveaux emplois le mois dernier aux Etats-Unis, alors que les experts en attendaient plus de 200.000.

«Les chiffres sur l'emploi ne sont franchement pas bons et ce n'est pas ce genre d'indicateur sur l'économie dont les investisseurs ont envie de prendre connaissance», a jugé Michael James, de Wedbush Securities.

En plus de la déception concernant les embauches, certains observateurs mettent l'accent sur une nouvelle baisse du taux de participation, qui montre donc que de plus en plus de personnes ont renoncé à chercher un emploi.

Toutefois, Wall Street a vite repris de l'allant vendredi grâce à «un rebond significatif de presque toutes les valeurs de la santé et des biotechnologies», a noté M. James. «Je ne sais pas vraiment quelle en est la raison, mais c'est le secteur qui relance le marché (...) alors qu'il baissait de façon probablement excessive depuis deux semaines».

Vu la faiblesse des chiffres de l'emploi, certains experts mettaient en doute la pérennité du rebond de vendredi, estimant comme M. Blicksilver, qu'il était largement dû à des raisons techniques liées aux spéculations des investisseurs.

«Tant que rien ne prouve que l'économie se renforce, cela sera difficile de poursuivre sur la lancée de cette hausse, mais cela ne veut pas dire que l'on va forcément chuter», a-t-il conclu.

Le marché obligataire avançait. Vers 20h20 GMT, le rendement des bons du Trésor à dix ans baissait à 1,983%, contre 2,044% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,819%, contre 2,853% auparavant.

Nasdaq Nyse