Grande distribution: «Avec des lois, la France pourra en finir avec le chômage de masse»

CONSOMMATION « 20 Minutes » a demandé l’avis du gouvernement, des distributeurs et d’un économiste…

Céline Boff

— 

Un rayon dans un supermarché. Illustration.
Un rayon dans un supermarché. Illustration. — Fred Tanneau afp.com

Dans l’ouvrage Seule face aux géants, publié ce jeudi aux éditions Max Milo, Martine Donnette raconte son combat. Depuis plus de vingt ans, l’Erin Brokovich des petits commerçants se bat contre les abus de la grande distribution, luttant notamment contre le développement illégal des enseignes, qui asphyxie le commerce de proximité. Elle précise son action dans une interview à 20 Minutes. Nous avons voulu savoir ce que les experts et institutions en lien avec ce dossier en pensaient.

Les distributeurs

20 Minutes a contacté la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) pour recueillir sa réaction. Elle n’a pas donné suite à nos appels. Nous avons parallèlement appelé deux enseignes. La première nous a indiqué qu’elle n’avait rien à dire sur le sujet. La seconde nous a déclaré qu’elle n’avait « jamais entendu parler de ces surfaces illicites » et que « l’existence de telles surfaces lui paraissait étonnante dans la mesure où la grande distribution est très contrôlée, sans compter que la compétition féroce entre les enseignes les pousserait à dénoncer de tels agissements de leurs concurrents ». Nous avons rappelé à cette enseigne la décision du Conseil d’Etat, qui portait sur plusieurs milliers de mètres carrés illégaux. L’interlocuteur nous a alors conseillé d’interroger la FCD.

Le gouvernement

Martine Donnette a lancé sur Change.org une pétition adressée à Michel Sapin, ministre des Finances, et à Christiane Taubira, ministre de la Justice. 20 Minutes a donc contacté à plusieurs reprises les ministères des Finances et de la Justice pour recueillir leur réaction sur cette pétition et sur leur prétendue inaction face aux surfaces illégales de la grande distribution. Nous n’avons pas obtenu de réponse.

Les parlementaires

Martine Donnette réclame l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur « les infractions aux lois dont se sont rendues coupables les sociétés de la grande distribution » et sur « le coût réel du « toujours moins cher » en termes de délocalisation, désindustrialisation, chômage, et son coût pour les finances publiques ». 20 Minutes a donc contacté le sénateur PS Jean-Pierre Sueur, qui suit le combat de Martine Donnette. « Je ne peux pas prendre position sur le fond, car je ne dispose pas de suffisamment d’éléments. J’ai en revanche réagi lorsque Martine Donnette a obtenu l’annulation, par le Conseil d’Etat, d’une directive datant de 2008, jugée non conforme aux textes de lois. Celle-ci avait permis aux distributeurs de créer plusieurs milliers de m2 illégaux. En 2011, j’ai adressé plusieurs questions écrites au ministère des Finances pour savoir combien de surfaces avaient été régularisées suite à cette décision. Je n’ai jamais obtenu de réponse. » Compte-t-il défendre l’ouverture d’une enquête parlementaire ? « Je ne peux pas prendre position seul pour mon groupe [le PS] et cela me semble difficile dans la mesure où nous avons de nombreux sujets à traiter et seulement le droit à une enquête par an ».

Un économiste

Les faits et les chiffres avancés par Martine Donnette sont-ils exacts ? 20 Minutes a posé la question à Christian Jacquiau, économiste spécialiste de la grande distribution : « Effectivement, la grande distribution crée ou étend des surfaces de manière illégale et parfois dans des zones protégées ou inondables. Nous venons encore de le constater avec les inondations meurtrières sur le pourtour méditerranéen. Les élus ferment les yeux pour diverses raisons : corruption, sponsoring officiel ou officieux, chantage à l’emploi… Or, les études prouvent que quand la grande distribution crée un emploi, elle en détruit cinq à proximité. Avec ses prix bas, elle tue le petit commerce mais aussi les emplois et les entreprises des mondes agricole et industriel. Or, moins d’emplois, cela signifie moins de salaires, donc moins de cotisations et d’impôts levés par l’Etat. L’impact de la grande distribution sur notre société va bien au-delà de la fermeture de petits commerces. Si l’on veut être positif, nous pouvons dire que c’est une chance, car si le monde politique finit par le comprendre et commence à légiférer dans le bon sens, la France en aura enfin fini avec le chômage de masse ».