Logiciel truqueur: Volkswagen présente ses «excuses sincères» devant le Congrès américain

ECONOMIE Le constructeur va retirer aux Etats-Unis sa demande d'autorisation à vendre ses nouveaux modèles 2016 de voitures équipés de moteurs diesel concernés par l'enquête...

M.C. avec AFP

— 

Le président de Volkswagen Amérique du Nord, Michael Horn, présente la nouvelle Passat à New York, le 21 septembre 2015.
Le président de Volkswagen Amérique du Nord, Michael Horn, présente la nouvelle Passat à New York, le 21 septembre 2015. — Kevin Hagen/AP/SIPA

Trois semaines après la révélation du scandale, les «excuses sincères» de Volkswagen devant le Congrès américain. Le constructeur allemand, au coeur d'un vaste scandale de moteurs truqués, a dit mercredi endosser «l'entière responsabilité» dans cette affaire.

>> A lire aussi: Huit millions de véhicules concernés en Europe selon Volkswagen

«Je voudrais présenter des excuses sincères de Volkswagen pour avoir utilisé un logiciel qui a servi à truquer le régime des tests» des normes antipollution, déclare notamment Michael Horn, le président de VW Amérique du Nord, selon le texte des propos qu'il devait tenir jeudi lors de son audition devant les élus.

«Soyons clairs, à Volkswagen nous endossons l'entière responsabilité de nos actions et coopérons avec toutes les autorités compétentes», ajoute le dirigeant, assurant que le constructeur allemand s'engage à réparer les dégâts, en trouvant notamment au plus vite un remède.

Au courant de la tromperie depuis le «printemps 2014»

En attendant, le premier groupe automobile mondial a décidé de retirer aux Etats-Unis sa demande d'autorisation à vendre ses nouveaux modèles 2016 de voitures équipés de moteurs diesel concernés par l'enquête des autorités américaines sur les violations des normes antipollution. La berline Passat 2016, un des modèles sur lesquels misait beaucoup VW pour s'imposer aux Etats-Unis où sa part de marché se situe à environ 3%, est affectée. Jusqu'à présent, le groupe allemand prévoyait toujours de la vendre d'ici la fin de l'année.

Alors que se pose la question de savoir à quel moment les dirigeants de VW ont eu connaissance de la tromperie, Michael Horn raconte avoir été mis au courant au «printemps 2014». Les autorités américaines ont révélé publiquement le scandale le 18 septembre. «Vers la fin 2014, j'ai été informé que les équipes techniques disposaient d'un plan spécifique de remèdes pour rendre les véhicules conformes et qu'elles étaient en discussions avec les agences (compétentes) sur cette procédure», ajoute-t-il. Le 23 septembre dernier, le conseil d'administration du groupe allemand  le patron Martin Winterkorn, depuis débarqué, n'était pas au courant.

Volkswagen a aussi présenté jeudi des excuses publiques à sa clientèle sud-coréenne. «Je présente mes sincères excuses pour avoir trahi la confiance des clients», écrit dans un communiqué le président de Volkswagen Corée Thomas Kuehl. La remise aux normes des voitures de Volkswagen équipées d'un moteur truqué prendra des mois, a reconnu mercredi le nouveau patron du groupe. Onze millions de véhicules fabriqués par Volkswagen dans le monde sont équipés d'un logiciel capable de fausser les résultats de tests antipollution, dont 2,8 millions en Allemagne.