La Bourse de Paris signe une 3e séance de hausse consécutive grâce à l'Asie

© 2015 AFP

— 

Le Palais Brogniart, ancienne Bourse de Paris
Le Palais Brogniart, ancienne Bourse de Paris — Joel Saget AFP

La Bourse de Paris a gagné du terrain mercredi (+1,44%), signant une troisième séance de hausse consécutive grâce à la bonne tenue des marchés asiatiques, les marchés espérant de nouvelles mesures de relance en Chine.

L'indice CAC 40 a pris 66,33 points à 4.664,59 points, dans un volume d'échanges peu étoffé de 3,6 milliards d'euros. La veille, il avait pris 1,07%.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 0,31% et Londres 1,35%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 1,12%.

Le marché parisien a fortement progressé dès l'ouverture, au point de gagner près de 3% dans l'après-midi. Il a par la suite faibli, en raison d'un début de séance poussif de Wall Street.

"Le marché est resté sur sa lancée, clairement soutenu par la Chine et le Japon", souligne Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Le fait que le CAC 40 a perdu un peu de souffle en fin de séance est pourtant le signe que "la méfiance reste de mise, avant la réunion de la Fed la semaine prochaine", estime-t-il, précisant que "le marché est entre deux eaux, à mi-chemin entre ses plus hauts de l'année et son point bas du mois d'août".

Il reste que "le rebond du jour trouve sa source en Asie où le Japon a clôturé en hausse de 7% (...) alors que la Chine a gagné entre 2 et 3%", note le courtier Aurel BGC.

Les investisseurs ont salué les initiatives prises au Japon, avec une baisse d'impôt pour les entreprises, tout en espérant une action prochaine des autorités chinoises, alors que les secousses boursières et le ralentissement économique inquiètent l'ensemble des marchés.

La hausse est surtout expliquée par l'apaisement des craintes à l'égard de la Chine, après l'excès de pessimisme des derniers jours", selon Aurel BGC, ajoutant que "le marché spécule de nouveau sur la mise en place de mesures de soutien à l'économie".

Pékin vient d'ailleurs d'annoncer une augmentation des dépenses publiques et des avantages fiscaux pour soutenir la croissance, dans un nouvel effort pour rassurer sur son économie.

Les marchés renouent avec un certain optimisme, alors même qu'ils restent encore dans l'incertitude concernant la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Cette dernière pourrait profiter de sa réunion de la semaine prochaine pour remonter ses taux après des années de politique ultra-accommodante dont les investisseurs ont largement profité.

"Nous sommes toujours dans une semaine de transition. Seule la Fed sera vraiment en mesure de donner une direction claire aux marchés financiers pour la fin d’année", souligne Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque.

Sur le marché parisien, les valeurs industrielles ont profité de l'optimisme sur l'Asie. Valeo a pris 3,38% à 119,40 euros, Renault 2,75% à 76,16 euros, PSA Peugeot Citroën 1,80% à 15,80 euros et Alcatel-Lucent 3,21% à 3,15 euros.

LafargeHolcim (+3,15% à 53,65 euros) a bénéficié d'un relèvement de recommandation par Goldman Sachs, tout comme Gemalto (+0,92% à 60,02 euros) par UBS.

Sopra Steria a de son côté été soutenu (+6,41% à 97,25 euros) par une note de Société Générale.

Assystem a bondi (+8,57% à 18,74 euros) après avoir réalisé au premier semestre un résultat net part du groupe presque doublé et visé une amélioration de ses marges au second semestre.

Air France-KLM a en revanche perdu 0,48% à 6,42 euros après avoir annoncé un trafic passagers en hausse de 1,4% en août.

Alstom a perdu 0,26% à 28,94 euros après sa récente hausse et au lendemain du feu vert donné par la Commission européenne au rachat de ses activités énergétiques de General Electric. L'actionnaire du groupe industrielle Bouygues a lâché 0,14% à 34,65 euros.

Scor a pris 1,86% à 31,81 euros. Le réassureur français s'est dit "en bonne voie" pour atteindre les objectifs de son plan stratégique couvrant la période 2013/2016.

Groupe Crit a perdu 0,80% à 49,60 euros malgré des résultats en forte hausse au premier semestre.

Euronext