Crise des migrants: Le Medef va faire des propositions pour mieux intégrer les réfugiés

IMMIGRATION L’organisation patronale se mobilise tandis que plusieurs entreprises françaises ont déjà annoncé des plans d’aide aux migrants…

L.C. avec AFP
— 
Pierre Gattaz, président du Medef, lors de l'université d'été de l'organisation patronale, le 27 août 2015 à Jouy en Josas.
Pierre Gattaz, président du Medef, lors de l'université d'été de l'organisation patronale, le 27 août 2015 à Jouy en Josas. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Comment intégrer les réfugiés en France, notamment au niveau économique ? Le Medef a décidé de plancher sur cette question, tandis que le pays s’est engagé à accueillir plus de 24 000 demandeurs d’asile en deux ans. Pierre Gattaz, patron de l’organisation patronale, a indiqué ce mardi lors de sa conférence mensuelle que le Medef allait faire des propositions pour une « intégration plus efficace » des réfugiés.

« Nous sommes en train de nous organiser au niveau du Medef avec des gens très concernés par ce sujet pour essayer de mettre en place des propositions, sans doute sur la base du volontariat, pour nous organiser un peu mieux (…) sur une intégration plus efficace de ces migrants », a déclaré Pierre Gattaz. Il faut « accueillir les migrants, on ne peut pas faire autrement », a-t-il estimé. « On sera d’autant plus fort pour les accueillir qu’on sera fort économiquement. On le voit bien, l’Allemagne, avec ses 5 % de chômeurs, peut faire beaucoup mieux, et intégrer mieux », a poursuivi le numéro un du Medef, ajoutant : « Il faut continuer les réformes économiques pour mieux accueillir ».

A lire aussi: L'économie française peut-elle absorber le flux de réfugiés?

La BNP crée un plan de soutien de 5 millions d’euros

Quelques grands groupes ont déjà pris les devants en lançant des initiatives en faveur de l’accueil des réfugiés en Europe. La banque française BNP Paribas a annoncé ce mardi un plan de soutien de 5 millions d’euros. Ce montant débloqué sera réparti entre le « Fonds urgence et développement » de la banque, la fondation BNP Paribas et un programme de soutien aux salariés engagés dans l’aide aux réfugiés via des associations, selon un communiqué.

Au travers de son Fonds urgence et développement, ouvert aux salariés du groupe et aux clients de la banque en France, BNP se propose de doubler les dons collectés et de les affecter à trois ONG (Médecins sans Frontières, CARE et la Croix-Rouge) pour leurs projets en France, Belgique, Italie, Sicile, Grèce et Tunisie. Via sa fondation, la banque soutiendra financièrement le Samu Social de Paris, les Apprentis d’Auteuil et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. La banque dit étudier d’autres projets comme la mise à disposition d’un centre de vacances ou un programme de formation et d’insertion.

Le PSG donne un million d’euros

L’électricien public EDF a aussi annoncé mardi une aide de 200 000 euros, via la Fondation EDF, « en vue d’apporter un soutien aux acteurs associatifs qui, sur le terrain, travaillent de manière concrète pour accompagner ces populations ». Par ailleurs, le groupe « s’engage, dans le cadre qui sera fixé par les pouvoirs publics à apporter son soutien aux réfugiés par des actions concrètes dans le cadre de ses compétences et de ses savoir-faire ». « Les modalités de cette aide sont en cours de définition », ajoute EDF dans un communiqué.

La semaine dernière, quatre grands groupes privés français, Air Liquide, Michelin, Sodexo et Total se sont engagés à venir en aide aux réfugiés. Le club de football du Paris-Saint Germain, via sa fondation caritative, a également annoncé le versement d’un million d’euros à deux associations venant en aide aux réfugiés.