Les assurés mis à contribution pour boucher le trou de la Sécu

ECONOMIE Des baisses de remboursement, notamment, devraient permettre d’économiser 350 millions d’euros...

avec AFP

— 

A partir de mercredi, 152 médicaments au Service médical rendu (SMR) "insuffisant" - expectorants, fluidifiants bronchitiques, antidiarrhéiques - ne seront plus remboursés par la Sécurité sociale, une mesure qui devrait permettre d'économiser 305 M d'euros en année pleine.
A partir de mercredi, 152 médicaments au Service médical rendu (SMR) "insuffisant" - expectorants, fluidifiants bronchitiques, antidiarrhéiques - ne seront plus remboursés par la Sécurité sociale, une mesure qui devrait permettre d'économiser 305 M d'euros en année pleine. — Joël Saget AFP/Archives

Pour combler en partie le déficit de 12 milliards d'euros de la Sécu, les assurés vont devoir y mettre de leur poche. Ils seront mis à contribution à hauteur de 350 millions d'euros pour redresser la branche maladie, a annoncé mercredi le gouvernement.

1,225 milliard d’euros d’économie


Pour y parvenir, des baisses de remboursement pour les patients sans médecin traitant et un déplafonnement du forfait d'un euro par acte médical seront mis en place.

Ces mesures font partie d’un plan de redressement présenté ce mercredi par les ministres de la Santé Roselyne Bachelot et des Comptes publics Eric Woerth. Il vise 1,225 milliard d'euros d'économies en année pleine, dont 417 millions d'euros dès cette année, marquée par un dérapage de quelque 2,4 milliards d'euros de l'assurance maladie (soit 6,4 milliards d’euros de déficit au total).

Les patients qui consulteront un spécialiste sans passer par leur médecin traitant ne seront plus pris en charge qu'à 50% par la Sécurité sociale, contre 60% actuellement. Une mesure qui doit rapporter 150 millions d'euros sur une année. Par ailleurs, le forfait qui était fixé à 1 euro par jour quel que soit le nombre de consultations effectuées dans la journée, sera déplafonné, passant à 4 euros. Objectif : économiser 200 millions d'euros en année pleine.

Accepter les génériques


Enfin, les assurés devront accepter la délivrance de médicaments génériques s'ils veulent bénéficier du tiers payant (absence d'avance de frais).

Du côté des médecins, les radiologues et biologistes vont subir des baisses de certains de leurs tarifs, notamment les IRM et scanners. Certains médicaments vont également voir leur prix baisser.

Le gouvernement travaille d'ores et déjà à d'autres mesures pour 2008, en particulier l'instauration de franchises médicales très décriées par les syndicats et l'opposition.