50 centimes de franchise par médicament

avec AFP

— 

Si le montant des franchises de soins «n'est pas fixé», François Fillon y travaille. Alors qu’une réunion est prévue aujourd’hui à Matignon sur ce sujet, le Premier ministre a assuré ce mercredi matin que les dépenses de santé qui resteraient à la charge des Français pourraient prendre la forme de «50 centimes d'euros par boîte de médicaments».

«Pour l'instant, on est plutôt sur des franchises par type d'acte et on est en train d'étudier comment mettre en place des conditions de revenus permettant d'avoir un plafond et un plancher», a précisé le Premier ministre.

Un plafond annuel et bouclier sanitaire

Pour lutter contre la dérive des comptes de la Sécurité sociale, François Fillon a évoqué mardi, lors de sa déclaration de politique générale, la piste d'une «franchise fractionnée avec un plafond annuel par personne» comme «une solution possible pour 2008». Elle pourrait être assortie d'un «bouclier sanitaire», qui permettrait de «plafonner ce que paie chacun pour sa santé en fonction de son revenu».

«Quand on voit avec quelle facilité nous avons intégré dans nos dépenses l'arrivée du téléphone portable, de l'internet haut débit, de la télévision payante, on se dit que, peut-être, quelques euros supplémentaires payés par tous les Français pour financer l'amélioration de la qualité des soins, ce serait normal», a-t-il estimé.