Un tiers des dépenses des Français pour leur voiture vont dans les caisses de l'Etat

© 2015 AFP

— 

Une voiture dans le centre de Paris, le 26 mai 2015
Une voiture dans le centre de Paris, le 26 mai 2015 — Stephane de Sakutin AFP

L'automobiliste est un «contribuable généreux», a relevé l'Automobile club association (ACA), qui a calculé qu'environ un tiers de son budget annuel était composé de taxes, soit 63 milliards d'euros en 2014.

Achat, essence, assurance, entretien: les taxes ont représenté en 2014 entre 29 et 36% du budget annuel des automobilistes, «bien au-delà des 20% de référence en matière de consommation», a souligné jeudi lors d'une conférence de presse Céline Genzwurker-Kastner, directrice des politiques publiques de l'ACA.

A titre d'exemple, cela représente plus du quart du budget d'une Renault Clio essence, ou un euro tous les sept à huit kilomètres pour une Peugeot 308 diesel ou une Toyota Prius Hybride.

«L'automobiliste qui est souvent stigmatisé, on peut dire qu'il est un contribuable extrêmement généreux», a commenté Mme Genzwurker-Kastner.

En effet, selon les calculs de l'ACA, cela a rapporté 63 milliards d'euros à l'Etat en 2014, «soit plus que l'impôt sur le revenu ou que l'impôt sur les sociétés».

Ce sont toutefois l'achat et l'entretien qui restent les postes de dépenses les plus lourds pour les propriétaires d'une voiture neuve.

La voiture neuve moyenne de 2014 a coûté 24.012 euros à l'achat, a précisé Didier Laurent, du groupe Argus, soulignant que ce prix a augmenté de 4.000 euros en 5 ans. Le diesel a représenté 64% des ventes.

Par ailleurs, il ne fait pas bon être propriétaire d'une voiture en Ile-de-France: c'est la région dans laquelle on roule le moins, mais où le prix au kilomètre est le plus élevé, en raison du coût de l'entretien et du stationnement.

- Un budget en baisse de 2% -

Pour réaliser ses calculs, l'ACA compare le budget de quatre automobilistes roulant avec des modèles neufs de l'année, par rapport à leurs équivalents de l'an passé.

Les chiffres de 2014 sont, pour la première fois, calculés à partir de la consommation réelle des véhicules, et non de celle affichée par les constructeurs. Résultat: une consommation réelle supérieure en moyenne de 21% à celle annoncée par les constructeurs, selon l'association.

Il est donc «difficile de comparer» le budget 2014 à celui de 2013, a expliqué le président de l'ACA Didier Bollecker, mais «on peut dire que ce budget a diminué de 2% en moyenne», en raison notamment de la baisse du coût des crédits pour acquérir le véhicule, et de la baisse du prix du carburant.

Le coût de l'assurance et de l'entretien ont toutefois augmenté.

Ainsi, le budget du conducteur d'une Renault Clio essence (modèle TCe 90 Energy Zen eco2 5 CV), modèle au petit moteur à faible consommation, a été de 5.881 euros pour 8.225 kilomètres, soit 0,715 euro par kilomètre parcouru.

Moins gourmande mais plus chère à l'achat, la Peugeot 308 1,6l HDI fap 92 chevaux Access 4 CV a parcouru 15.447 kilomètres, et coûté 8.126 euros, soit 0,525 euro du kilomètre.

Le propriétaire d'une Toyota Prius Hybride a de son côté consacré 8.575 euros à son automobile, et a également roulé 15.447 kilomètres. Chaque kilomètre a coûté 0,554 euro.

Le directeur de l'ACA Christian Scholly, a fait état d'un «véhicule hybride qui aujourd'hui peut se comparer en termes de (coûts de) circulation à un véhicule diesel».

Petite nouvelle de cette étude, la Dacia Logan Diesel, voiture à bas coût équipée du moteur de l'ancienne Renault Clio, pour laquelle le budget 2014 est de 4.732 euros pour 8.225 kilomètres, soit 0,575 euro par kilomètre parcouru.

«La Logan finit avec un budget inférieur de 20% à celui de sa cousine (la Clio, NDLR). (...) Du neuf au prix de l'occasion», commente l'ACA dans un communiqué. Si le propriétaire réalise «des économies à l'achat», a précisé Christian Scholly, «ce gain ne se retrouve pas à l'usage».