Pour Emmanuel Macron, la Chine pose un risque pour la reprise mondiale

ECONOMIE Le ministre de l’Economie est moins confiant que François Hollande…

A.Ch. avec AFP

— 

Le ministre de l'économie Emmanuel Macron assiste à la signature d'un accord entre le Fonds européen d'investissement et Bpifrance, le 12 mai 2015 à Paris
Le ministre de l'économie Emmanuel Macron assiste à la signature d'un accord entre le Fonds européen d'investissement et Bpifrance, le 12 mai 2015 à Paris — Thomas Samson AFP

Le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron a considéré mardi à Berlin que la Chine représentait actuellement un risque particulièrement grand pour la reprise économique mondiale, et que cela nécessitait d'autant plus de renforcer la zone euro. 

Toutefois, Emmanuel Macron a estimé que la croissance française pour 2015 n'était «pas menacée par la crise chinoise». «L'impact (de la crise chinoise) sur le court terme n'est pas d'une magnitude excessive sur l'économie française», a commenté le ministre lors d'une rencontre avec des journalistes en marge de la Conférence des ambassadeurs allemands. « Il faut rester vigilant pour les entreprises qui sont très exposées à la Chine. En tout état de cause la croissance française pour 2015 n'est pas menacée par la crise chinoise.»

« Il y a beaucoup de risques »

«L'économie mondiale se redresse mais pas autant que nous l'espérions (...) c'est un processus très long (...). D'un côté, nous avons des opportunités» (pétrole bon marché, taux d'intérêt bas, etc.), «mais de l'autre côté, il y a beaucoup de risques, et particulièrement la Chine aujourd'hui», a-t-il déclaré à l'occasion de la Conférence des ambassadeurs allemands à Berlin. «Nous avons tous intérêt à ce que la Chine réussisse» son passage vers un nouveau modèle de croissance, mais «nous ne sommes qu'au milieu de cette transition» qui ne sera pas un processus «calme et facile, a-t-il ajouté, soulignant que «la Chine est le pays qui a le plus contribué à l'économie mondiale ces dix dernières années».

Il a rappelé que d'autres pays émergents comme la Russie, la Turquie ou le Brésil traversaient des difficultés encore plus grandes. «Tout cela rend encore plus important d'avoir une zone euro forte et stable», a considéré Emmanuel Macron. Les craintes concernant la santé économique chinoise a provoqué une lourde chute de l'ensemble des marchés financiers lundi.

François Hollande avait déclaré lundi que l’économie mondiale était « suffisamment solide » pour la croissance ne soit « pas seulement liée à la situation en Chine ».