VIDEO. Ce qui pourrait changer sur votre fiche de paie

SALAIRE Un rapport est remis ce lundi au gouvernement...

N.Beu.

— 

Illustration Bulletin de salaire. Epluchage de fiche de paye. paie. Calculatrice.
Illustration Bulletin de salaire. Epluchage de fiche de paye. paie. Calculatrice. — laire

Fini la fiche de paie incompréhensible ? Dès l’année prochaine, certains salariés d’entreprises volontaires pourraient bien recevoir un bulletin simplifié, avant la généralisation du dispositif le 1er janvier 2018. Ce lundi, le rapport de la mission dirigée par Jean-Christophe Sciberras, directeur des ressources humaines France du groupe Solvay et ancien président de l’Association nationale des DRH, sera remis au gouvernement, qui devra alors décider de suivre ou non les recommandations de ses chargés de mission. Quelles sont les pistes avancées ? Eléments de réponse.

Le nombre de lignes réduit

Aujourd’hui, une fiche de paie française peut compter jusqu’à 50 lignes, quand les bulletins allemands, américains et chinois n’en contiennent respectivement que 15, 14 et 11. Un « record de complexité » que les auteurs du rapport expliquent par des « raisons institutionnelles et culturelles ». Leur modèle de fiche de paie pourrait donc « réduire le nombre de lignes de moitié », soit à une vingtaine de lignes, explique Jean-Christophe Sciberras, joint par 20 Minutes. L’édition de cette feuille de paie ne coûterait plus que douze euros par mois aux employeurs, contre 17 à 21 euros, d’après diverses estimations. Soit deux milliards d’euros d’économies pour les entreprises, si l’on en croit le gouvernement.

Les intitulés regroupés

Pour y arriver, Jean-Christophe Sciberras et son équipe ont supprimé « les informations périphériques [qui] ont fini par noyer l’essentiel » en établissant « un référentiel des intitulés de paie » et en regroupant les cotisations et prélèvements par risque couvert : santé, retraite, chômage. Sous le titre « assurance santé », figureraient donc la Sécurité sociale, la complémentaire et l’invalidité. Selon Les Echos, les contributions employeur ne correspondant pas à des droits directs pour le salarié (formation professionnelle, congé individuel de formation, apprentissage, financement des organisations patronales…) seraient également regroupées sur une seule et même ligne.

De nouvelles informations

Si la nouvelle fiche de paie est plus simple, elle contient tout de même de nouvelles informations pour une meilleure compréhension du salarié. Les deux colonnes (part de l’employé et part de l’employeur) seront maintenues, mais désormais, le montant total du salaire (salaire brut + cotisations employeur) apparaîtra aussi. De plus, les allégements financés par l’Etat figureront également sur le bulletin de paie : les allégements Fillon, les baisses de charges du pacte de responsabilité… Enfin, précise Jean-Christophe Sciberras, la date d'embauche sera également mentionnée. Des « nouveautés » qui n'en sont toutefois pas pour tout le monde.

Une fiche de paie de plus en plus dématérialisée

Enfin, le rapport remis au gouvernement suggère d’avancer sur la route de la dématérialisation. Déjà possible avec l’accord du salarié, la fiche de paie électronique est aujourd’hui peu répandue. 15 % des salariés auraient opté pour cette solution, contre 95 % en Allemagne et 73 % en Grande-Bretagne, par exemple. Or un bulletin dématérialisé coûte dix centimes, contre 20 pour un bulletin papier et 42 s’il est affranchi. Ces économies seront toutefois contrebalancées par la mise en place de coffres-forts électroniques pour assurer une conservation des données.

Mots-clés :