Acomplia fait perdre du poids et... la tête

©2007 20 minutes

— 

Un médicament dangereux aux Etats-Unis, mais pas en Europe. C'est depuis hier la situation du médicament anti-obésité de Sanofi-Aventis, le rimonabant, vendu dans l'Union européenne depuis 2006 sous le nom d'Acomplia. Selon le Comité consultatif de la FDA, l'autorité sanitaire outre-Atlantique, trop de patients se sont montrés suicidaires pendant les essais. Un refus est donc attendu le 26 juillet, tandis que l'Europe estime « les bénéfices supérieurs aux risques ».

« En cherchant sans succès un neuroleptique, Sanofi a constaté un effet inverse au cannabis, qui ouvre l'appétit. Mais la molécule déprime aussi alors que le cannabis est euphorisant », a expliqué hier Philippe Pignarre, spécialiste du médicament. Contrairement à l'UE, « la FDA se méfie de plus en plus de ces médicaments « bricolés », aux multiples effets », s'est-il réjoui. Une prudence affichée qui fait suite à une vague de polémiques : depuis les suicides associés aux antidépresseurs jusqu'aux accidents cardio-vasculaires imputés au Vioxx (anti-inflammatoire) puis à l'Avandia (diabètes).