L'ancien trader Jérôme Kerviel
L'ancien trader Jérôme Kerviel — 20Minutes

CHAT

Jérôme Kerviel : « Je conteste l'existence même de cette perte de 4,9 milliards d'euros »

L'ancien opérateur de marché de la Société Générale vous a répondu...

[Le chat est terminé]

 

Jérôme Kerviel promet une rentrée chaude à la « Société générale »>> Revivez le chat avec l'ancien trader -> http://bit.ly/1Ly7jax

Posted by 20 Minutes on lundi 29 juin 2015

Merci beaucoup pour vos questions. Merci d’avoir participé à ce chat. J’invite à nouveau toutes les personnes qui ont des informations sur ce qui s’est passé à prendre contact avec nous. Je souhaite un très bel été à mes anciens responsables et à Frédéric Oudéa et leur dit à très vite pour de nouvelles aventures…

Klio : Selon vous, quelle banque en France est la plus vertueuse ?

Joker (Ne trouvez-vous pas que j’ai suffisamment d’emmerdes avec les banques comme ça !!! :) )

Plus sérieusement, la banque de demain - qui n’existe pas encore – est celle qui sera pleinement au service de l’économie et des hommes.

Avez-vous le film Le Loup de Wall Street ? Représente-il de manière fidèle la vie des traders ?

Oui, je me suis arrêté au bout de 45 minutes. Il est représentatif d’une finance il y a plusieurs décennies qui ne correspond plus à ce qui se passe aujourd’hui dans les salles de marché. Je me suis ennuyé.

Dimitri : Je me demandais qu’en était-il du projet du film « Avis de tempête » qui devait parler de votre histoire. Ce projet est-il toujours en cours ? Avez-vous pu rencontrer l’acteur qui devait incarner votre rôle, Arthur Dupont ?

Oui, le film sera tourné cet été sous l’égide de Christophe Barratier. J’ai pu rencontrer à plusieurs reprises Arthur Dupont qui incarnera mon personnage. Il ne s’agit pas de faire un biopic mais est inspiré de l’affaire.

Laurent : Que vous a dit le pape ? Cette rencontre a-t-elle été vraiment si importante pour vous ?

Comme j’ai eu l’occasion de le dire, ce qui a été échangé entre le pape, David Koubbi et moi reste entre nous. Mais sachez que ce qui a été dit était suffisamment puissant à mes yeux pour que je décide d’entamer ma marche vers Paris… Il m’a remis debout.

Claire : Comment suivre votre actualité ?

Vous pouvez suivre le combat que nous menons sur la page Facebook Comité de soutien à Jérôme Kerviel ainsi que sur mon compte @kerviel_j ainsi que sur celui de mon avocat @davidkoubbi

Thierry B : Les jeunes de la banlieue avec lesquels je travaille ne pensent qu’à une chose, gagner de l’argent. Quel message auriez-vous à leur délivrer ?

Yo, j’ai encore moins de ronds qu’avant et je suis bien plus heureux aujourd’hui.

Soso : Faut-il un diplôme pour devenir trader ?

Ne préférez-vous pas passer un vrai diplôme pour réussir votre vie ? Ce sera beaucoup plus enrichissant…

Gisebelle : Quels sont vos projets, maintenant ?

Ils sont multiples mais il est encore un peu tôt pour les dévoiler ici. Mais en gros, maintenant que je suis libéré de ma sanction pénale, j’entends partager mon temps entre le fait de rebâtir professionnellement ma vie et me mettre au service de mes concitoyens.

Laly : Pensez-vous vous lancer dans la politique ?

Pas pour le moment… Mais, d’une certaine manière, ce que nous faisons aujourd’hui avec mon avocat est un sujet politique.

barco : Quels enseignements tirez-vous de votre mésaventure ?

Ils sont multiples mais ce que je retiens par-dessus tout, c’est le bonheur d’être revenu dans le monde réel ; d’être passé d’une situation où j’étais 15 heures par jour devant un écran tel un robot à la vie réelle, m’ouvrir aux autres, rencontrer des gens d’horizons différents et m’enrichir de tout cela.

Bolide : Avec toute cette bataille juridique, avez-vous gardé des amis, ou se sont-ils éloignés ?

A quelques exceptions près, je n’ai plus aucun contact avec les personnes qui m’entouraient à l’époque. Les personnes qui travaillaient dans le milieu de la finance se sont éloignées. Et de nouvelles personnes sont entrées dans ma vie.

dbland : Bonjour Jérôme. Que pensez-vous de la finance participative (crowdfunding) qui se développe en ce moment ?

J’y suis très favorable car il permet de financer des projets novateurs qui ne se réaliseraient pas, faute de financements issus des circuits classiques.

Je travaille d’ailleurs déjà avec David Koubbi, mon avocat, à un projet de financement citoyen d’actions judiciaires destiné à rééquilibrer les rapports entre les justiciables et les grands de ce monde.

Interdit : Conseilleriez-vous d’investir en bourse actuellement ?

NON !

Didine03 : Beaucoup de salariés travaillent à la Société générale. Vous avez fait du tort à beaucoup d’entre eux en en utilisant des positions dont vous n’aviez pas l’autorisation. Vous arrive-t-il parfois de vous dire : « Mince, qu’est-ce qui aurait pu leur arriver par ma faute ? » Regrettez-vous d’avoir agi ainsi ?

Comme je le disais plus haut, je regrette d’avoir participé à ce système mais je ne suis pas d’accord avec la manière dont vous posez cette question car, justement, tout ce que j’ai fait était vu par ma hiérarchie, qui m’y encourageait et validait mes actions.

Toutefois, et vous avez raison de le souligner, je suis conscient que les salariés du réseau Société générale, par définition au contact des clients, ont pâti des conséquences de l’affaire. Raison pour laquelle je leur ai présenté mes excuses à eux, lors du procès. Je pense que vous saisissez la nuance…

Nano : Comment comprendre ce monde de la finance ? La croissance semble être associée à une économie qui ne semble pas être réelle. Que pensez-vous de la crise de la dette en Grèce et dans le monde en général ?

La finance ? Tout est organisé pour que la majorité n’y comprenne rien. Et que cela reste un débat entre initiés. Nous militons justement dans le cadre d’un projet citoyen pour certaines actions visant à vulgariser et mettre à disposition du plus grand nombre des clés pour comprendre.

Aujourd’hui, effectivement, les chiffres de croissance ne veulent plus dire grand-chose. Et on observe une décorrelation de plus en plus importante entre la croissance des marchés financiers et donc la valorisation des entreprises et la croissance de l’économie réelle elle-même.

Pour ce qui est de la Grèce, il ne vous aura pas échappé que les Grecs n’ont pas contracté cette dette mais qu’ils doivent la payer. Cela en dit long sur la façon dont les peuples sont asservis à la finance…

A titre d’exemple, depuis qu’on leur impose une cure d’austérité, leur déficit et le ratio dette/croissance n’ont cessé d’exploser. De mémoire, il est passé de 60 à 180 %.

domingo51 : Quel est l’apport du trading à l’économie ? N’est-ce pas une forme de pari qui contribue à valoriser ou dévaloriser outrageusement des matières premières, des entreprises, etc. ?

A part la partie du trading qui vise à financer l’économie réelle et donc la dette des états, aucun, selon moi.

Pour ce qui est de votre seconde question, vous avez totalement raison. A titre d’exemple et pour aller dans votre sens, les injections massives de liquidités par la Banque centrale européenne lors de la crise ont majoritairement servi aux banques à spéculer sur les matières premières, ayant pour conséquence une montée artificielle des prix sur les matières premières et donc un surcoût à la fin pour les consommateurs que nous sommes.

TrucBidul : Dans l’hypothèse où une révision du procès aurait lieu et que la responsabilité de la Société générale soit avérée, quel impact cela pourrait-il avoir sur le monde de la finance, selon vous ?

Tout d’abord, la Société générale sera dans l’obligation de rendre les 2,2 milliards d’euros de ristourne fiscale que Bercy lui a accordés dès mars 2008 et qui n’étaient pas dus.

Plus largement, j’espère que cela donnera un théâtre d’opérations pour discuter enfin des dérives des banques et des marchés financiers et que les représentants politiques seront de plus en plus nombreux à prendre à bras-le-corps le sujet afin de réguler efficacement la finance et la mettre enfin au service des citoyens.

Justine : Avez-vous réalisé que vous êtes devenu un porte-parole d’injustices au nom de la finance ?

Porte-parole, je ne pense pas. Je pense plutôt que je suis un témoin de comment tout un système à la fois financier mais aussi judiciaire peut dérailler dès lors que des intérêts supérieurs de sociétés ou d’élites sont en jeu.

J’entends mettre cela à profit dans le combat que nous menons contre ces « élégants ».

Nicole et Jean-Pierre : Bonjour Jérôme. Nous avons encore cette phrase en tête que vous aviez prononcée aux journalistes après la dernière marche nocturne juste avant votre arrestation et dont nous n’avons jamais eu la réponse : « Hey les gars, durant tout le week-end, vous m’avez interviewé, suivi, mais jamais un seul de vous ne m’a posé LA question : Quid des dysfonctionnements… »

De nombreux médias étaient présents lors de ce week-end au cours duquel nous dénoncions de nombreux dysfonctionnements dans le dossier. Pas un d’entre eux ne m’a interrogé sur ces fameux dysfonctionnements.

Depuis, le commandant de police en charge de toute l’enquête depuis 2008 a fait des révélations devant le juge d’instruction qui lève un coin du voile sur ces dysfonctionnements. Et ce n’est que le début…

Je m’inquiète d’ailleurs pour la Société générale qui a l’air un petit peu essoufflée ces derniers temps. Et je suis au regret de lui annoncer, là aussi, que ce n’est que le début…

TEO : Bonjour M. Kerviel. Selon vous, pourquoi y a-t-il eu deux expertises contradictoires sur les enregistrements effectués par la Société générale à l’occasion de vos auditions à partir du 19 janvier 2008 ?

C’est assez simple. L’un des deux experts (le nôtre) travaille gratuitement et par engagement moral.

Alors que l’autre expert (côté Société générale) est payé par la banque. Dans la réalité, j’ai subi cette « garde à vue privée » et je sais bien ce qui a été dit et ce qui ne l’a pas été.

On voit mal l’expert payé par la banque conclure à une manipulation des bandes d’enregistrement…

Lili328 : Bonjour Jérôme. Quelles sont les prochaines étapes de l’affaire ? Quand reprendrez-vous votre marche de la frontière italienne à Paris ? Merci et bon courage.

Nos deux plaintes contre la banque sont en cours d’instruction devant le doyen des juges d’instruction. Une troisième plainte pour « subornation de témoins » est en enquête préliminaire. Nous sommes désormais dans le volet « Société générale » et non plus « Kerviel ». De nombreux témoins nous rejoignent et les langues se délient.

Pour ce qui est de la marche, elle sera terminée. Nous sommes en train de discuter avec mon comité de soutien afin de voir comment nous pouvons la rendre la plus efficace possible, afin de porter la parole du Saint-Père contre la tyrannie des marchés au plus grand nombre.

Koadinsk : Votez-vous à gauche, maintenant ?

Je ne vote pas.

Chienfou : Avez-vous retrouvé un peu d’équilibre dans votre vie personnelle ?

Je commence simplement aujourd’hui à relever la tête, à reprendre mes marques, une vie qui se veut la plus normale possible.

Les sept dernières années ont été un tsunami permanent. Grâce à mes proches, les effets collatéraux ont été moins dramatiques que s’ils n’avaient pas été là. En clair, je vis normalement.

Frenchfrog : Pensez-vous avoir, à un moment de votre carrière et comme bon nombre de traders, manqué d’humilité et d’éthique ? Si oui, le regrettez-vous et votre regard a-t-il changé sur la société ? Je tiens néanmoins à vous dire que je suis admiratif de votre combativité et j’espère que vous obtiendrez gain de cause dans votre bras de fer.

L’ADN de ce métier fait que l’éthique et l’humilité ne sont pas au programme. Et que tout est fait pour qu’aucune place à ces deux qualités n’existe.

Evidemment, je regrette d’avoir participé à ce système et d’être devenu « comme eux ». Je suis désormais heureux d’en être sorti.

Jhelene : Jérôme, pensez-vous pouvoir obtenir un jour une expertise financière des comptes présentés par la Société générale en 2008, et qui lui ont permis d’obtenir un avoir fiscal considérable ?

C’est ce que nous réclamons depuis plus de sept ans désormais. En vain pour l’instant…

Mais une chose est sûre. Je ne cesserai de me battre jusqu’à ce que nous l’obtenions car il ne peut pas y avoir de justice équitable sans ces expertises.

Si vous me permettez de poursuivre, avez-vous déjà vu un coupable demander à la justice des expertises qui prouveraient… sa culpabilité ? ! Je conteste, comme depuis l’origine, l’existence même de cette perte de 4,9 milliards d’euros.

Volkan33 : Vous êtes victime d’un système qui en fait beaucoup d’autres. Avec le recul, pensez-vous avoir fait une bonne carrière ?

Avec le recul, oui. Car si, à l’époque, j’ai participé à un système qui n’est pas moral, j’ai, depuis, pris conscience de la perversité de ce milieu.

Sans tous ces événements, je n’aurais probablement pas pris conscience de tout cela et je ne serais probablement pas en train de mettre en place tout ce que nous faisons pour lutter contre ce système.

Myrtille : Dans quel état d’esprit êtes-vous ? Vous sentez-vous soutenu ?

Je suis de plus en plus serein et me sens plus soutenu que jamais. Ce sont d’ailleurs tous ces soutiens qui m’ont permis de traverser toutes ces épreuves au cours des sept dernières années.

Je commence à distinguer la lumière au bout du tunnel et voir l’omerta autour de ce dossier se fissurer jour après jour.

-------------------------------

Présentation du chat :

L’ancien trader Jérôme Kerviel, aujourd’hui âgé de 38 ans, sera l’invité de 20 Minutes lundi dès 15h pour un chat avec les internautes. L’occasion d’évoquer avec lui l’enlèvement de son bracelet électronique et la suite judiciaire du dossier dont il porte le nom depuis 2008.