Quel est le quartier préféré des cadres franciliens pour travailler ?

BUREAUX Le baromètre Paris Workplace réalisé par l’Ifop pour la Société foncière lyonnaise montre que la localisation des bureaux est essentielle aux yeux des salariés...

Delphine Bancaud
— 
Vue aérienne de Paris, en février 2015
Vue aérienne de Paris, en février 2015 — Patrick Kovarik AFP

Préférez-vous des bureaux bien aménagés ou bien situés ? A cette question, la réponse des cadres franciliens ne fait pas un pli : ils plébiscitent sans hésitation une bonne localisation de leur lieu de travail sur le confort même des bâtiments. C’est ce que démontre le baromètre Paris Workplace réalisé par l’Ifop pour la Société foncière lyonnaise* dévoilé ce jeudi.

Dans cette logique, il n’est pas surprenant que le quartier préféré des cadres franciliens pour travailler soit Paris Centre-Ouest (1er, 2 e, 8e, 9 e, 16e et 17e arrondissements), qui arrive avant la boucle Sud de Paris (Boulogne, Issy, Sèvres…), Paris Rive Gauche (5e, 6e, 7e, 12e, 13e, 14e, 15e arrondissements), la Défense et la Couronne Est (Vincennes, Montreuil, Charenton, Bagnolet…).

Plus on travail près du bureau plus on y reste

Principal avantage de ce quartier : son excellente desserte en métro, bus, RER ou transilien. «91 % des cadres qui travaillent dans Paris Centre-Ouest se déclarent très satisfaits de son accessibilité en transports en commun », souligne Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Une localisation qui satisfait tant les banlieusards que les Parisiens, sachant que le temps moyen de trajet domicile-bureau des sondés équivaut à 45 minutes. Or, selon l’étude, les cadres qui travaillent dans le centre de Paris mettent 8 minutes de moins pour se rendre au bureau que ceux qui travaillent en dehors de Paris. « Soit une économie de 30 heures par an qui équivaut à 4 jours de travail », note Frédéric Dabi.

Et le temps gagné dans les transports semble en partie réinvesti dans l’entreprise : car plus les cadres travaillent près de leur domicile, plus ils considèrent le bureau comme un lieu où ils aiment passer du temps. Ainsi 61 % des salariés qui ont moins de 20 minutes de trajet domicile-travail apprécient de rester au bureau contre 40 % de ceux qui ont plus de 40 minutes de trajet.

Ce quartier est aussi plébiscité pour la qualité de vie qu’il propose (espace vert, propreté, sécurité, animation…). « Les cadres ne veulent pas travailler dans un univers monochrome, mais souhaitent la présence de magasins, de restaurants ». Les grandes tours situées dans les quartiers d’affaires ne semblent donc plus trop attirer les salariés…

Le bureau, vecteur de performance

Autre atout de ce quartier : Il est considéré comme idéal pour les affaires, car il permet aux cadres d’être proches géographiquement de leurs clients ou de leurs partenaires, ce qui est jugé comme un gain de temps et d’efficacité (90 % de satisfaction). Seuls bémols : son inaccessibilité en voiture en raison des embouteillages; des difficultés de stationnements et les bureaux souvent moins conviviaux qu’il propose.

Des enseignements qui devraient pousser à la réflexion les dirigeants d’entreprise cherchant à déménager en banlieue. «Le bureau a longtemps vu comme un centre de coûts qu’il fallait réduire au maximum. Mais il commence à être reconsidéré par les directions générales comme un investissement source de performance individuelle et collective », explique Dimitri Boulte, le directeur délégué général de SFL.

*Etude réalisée sur un échantllon de 1.000 cadres et 301 dirigeants d'entreprises du 12 au 31 janvier 2015 par téléphone selon la méthode des quotas.