Travail du dimanche: Près de trois actifs sur dix concernés en 2013

ECONOMIE C'est ce que révèle une étude du ministère du Travail...

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation d'un collectif favorable au travail du dimanche, le 2 octobre 2013 à Paris.
Manifestation d'un collectif favorable au travail du dimanche, le 2 octobre 2013 à Paris. — Michel Spingler/AP/SIPA

Près de trois actifs sur dix (28,4%) rapportent avoir travaillé habituellement ou occasionnellement le dimanche en 2013, 64% indiquant avoir bénéficié d'une compensation, selon une vaste étude publiée mercredi par le ministère du Travail (Dares).

Cette sixième édition de l'enquête Conditions de travail, réalisée par la Dares, la Drees, la DGAFP et l'Insee, est présentée comme «la seule enquête sur les conditions de travail de cette ampleur et portant sur l'ensemble des actifs occupés», du public comme du privé, soit plus de 22 millions de personnes.

Heures non compensées

Elle a été réalisée par le biais d'entretiens en «face à face» auprès d'un échantillon d'environ 34.000 personnes. Le document qui compile des données sur près de 200 pages montre que 13% des actifs ont rapporté avoir travaillé habituellement le dimanche et 15,4% occasionnellement en 2013. Parmi eux, 64% ont bénéficié de compensations.

En 2005, la proportion de salariés ayant indiqué avoir travaillé le dimanche était de 26,2%.

Par secteur, ce sont les salariés de l'hôtellerie-restauration qui travaillent le plus souvent le dimanche (60,6%), mais seuls 16,9% indiquent que leurs heures sont compensées. Comme d'autres, ce secteur bénéficie de dérogations permanentes à l'ouverture dominicale sans compensation obligatoire car l'«ouverture est rendu(e) nécessaire par les contraintes de la production, de l'activité ou les besoins du public». A l'opposé, les salariés des banques et assurances travaillent très rarement le 7e jour de la semaine (7,1%).

Hôpitaux ouverts

L'enquête montre également, sans surprise, la grande fréquence du travail dominical dans la fonction publique hospitalière (64,2%).

Du côté du commerce, secteur où le sujet est âprement débattu depuis des années, l'étude montre aussi une nette progression du travail du dimanche des employés, la proportion de salariés concernés étant passé de 35,8% en 2005 à 46,9% en 2013.

Le projet de loi Macron prévoit d'autoriser les commerces à ouvrir davantage le dimanche sous réserve de compensations, avec l'accroissement de 5 à 12 du nombre des dimanches possiblement ouvrés.