Wall Street fait du surplace, éclipsée par les turbulences obligataires

© 2015 AFP

— 

Wall Street à New York
Wall Street à New York — Jewel Samad AFP

Anesthésiée par le manque d'annonces sur l'économie américaine, Wall Street a stagné mardi, les investisseurs s'intéressant surtout à une nouvelle baisse du marché de la dette ainsi qu'aux développements à l'international: le Dow Jones a cédé 0,01% et le Nasdaq 0,15%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a perdu 2,51 points à 17.764,04 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 7,76 points à 5.013,87 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, est resté presque stable, gagnant 0,04%, soit 0,87 point à 2.080,15 points.

«Pour tout avouer, le marché obligataire était plus intéressant que la Bourse», a reconnu Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management. «La grande affaire du jour, c'est que le rendement des bons du Trésor à dix ans est repassé au-dessus de 2,40%, et cela rend le marché perplexe.»

En effet, vers 20H25 GMT, le rendement des bons à dix ans montait à 2,434% contre 2,382% la veille au soir, et celui des bons à 30 ans à 3,167% contre 3,111% précédemment. Cette hausse traduit une baisse de la demande, et donc un déclin du marché de la dette américaine.

«L'une des choses qui me rend très prudent, c'est le risque que les rendements continuent à monter chaque jour», a rapporté M. Blicksilver. «A mon avis, on va finir par vraiment s'inquiéter en Bourse.»

Pour le moment, Wall Street poursuit une trajectoire morose depuis le début du mois, enregistrant surtout des séances de petite baisse, sans beaucoup s'éloigner de records battus à la mi-mai.

Dans ce contexte incertain, l'un des secteurs «très importants dans l'esprit des investisseurs (...) ce sont les compagnies aériennes et plus largement les transports», a estimé Michael James, de Wedbush Securities. «Lors des dernières semaines, le secteur aérien et l'ensemble des transports ont enregistré de mauvaises performances, et la direction qu'ils vont prendre (...) va déterminer si le marché va rebondir ou si la faiblesse des dernières séances va s'accélérer.»

Au lendemain d'une baisse de plus de 2% lundi, l'indice des principaux acteurs du transports, le Dow Jones Transportation Average, a limité ses pertes, baissant de 0,33%, tandis que les grandes compagnies aériennes, particulièrement surveillées au deuxième jour de l'assemblée générale annuelle de l'Association internationale du transport aérien (IATA) à Miami, ont généralement fini dans le vert après une ouverture en nette baisse.

United Airlines a gagné 1,64% à 52,58 dollars, et American Airlines 1,17% à 40,33 dollars. Delta Air Lines a en revanche perdu 0,07% à 40,72 dollars.

Enfin, le marché a gardé un oeil à l'international, où «la confiance est limitée par (...) un chiffre décevant sur l'inflation chinoise, et les incertitudes de plus en plus importantes sur un accord sur la dette grecque», ont rappelé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

- La téléphonie animée -

Dans les valeurs, le géant industriel General Electric (GE) a pris 0,33% à 27,33 dollars, après l'annonce de la vente pour douze milliards de dollars d'une filiale financière au fonds de pension canadien CPPIB.

Le constructeur automobile General Motors a avancé de 0,77% à 35,26 dollars. Sa dirigeante Mary Barra, a affirmé mardi qu'elle n'était pas intéressée par une fusion avec le groupe italo-américain FCA (-1,92% à 15,29 dollars), même si le PDG de ce dernier, Sergio Marchionne, a fait des avances en ce sens.

Lululemon, spécialiste des vêtements pour le yoga, a bondi de 10,97% à 68,27 dollars, après avoir annoncé une nette hausse de son chiffre d'affaire trimestriel, en particulier grâce aux ventes directes aux clients.

A l'inverse, dans le secteur, Quiksilver, spécialiste des sports de glisse, s'est effondré de 31,58% à 0,85 dollar, après avoir publié des résultats dans le rouge pour le dernier trimestre.

Dans la téléphonie, l'opérateur Sprint a pris 0,67% à 4,53 dollars après un article du New York Post selon lequel Deutsche Telekom, maison-mère allemande de T-Mobile USA (-1,75% à 38,79 dollars), serait plus intéressé de fusionner avec lui qu'avec Dish Network (-0,84% à 73,02 dollars). D'autres rumeurs de presse avaient fait état de l'intérêt de T-Mobile pour Dish au début du mois.

Nasdaq Nyse