Portiques anti-fraude dans les gares: «Et l’humain, on le modernise aussi ou on le supprime simplement?»

VOUS REAGISSEZ « 20 Minutes » a demandé à ses internautes ce qu’ils pensaient de l’expérimentation qui sera bientôt lancée par la SNCF...

Céline Boff

— 

Bordeaux, 29 mai 2012. - Gare de Bordeaux Saint-Jean, TGV et passagers en attente. - Photo : Sebastien Ortola
Bordeaux, 29 mai 2012. - Gare de Bordeaux Saint-Jean, TGV et passagers en attente. - Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Installer des portiques de contrôle des billets sur les quais. C’est la nouvelle idée de la SNCF pour lutter contre la fraude. Un fléau qui lui coûte chaque année la bagatelle de 300 millions d’euros. Annoncée en février, cette mesure sera testée en fin d’année sur les trains grandes lignes dans les gares de Montparnasse (Paris) et de Saint-Charles (Marseille), avant une éventuelle généralisation dans les principales villes françaises, dont Lyon, Lille ou encore Bordeaux. Mais qu’en pensent les voyageurs ? 20 Minutes a interrogé ses internautes et les avis sont mitigés.

Il y a ceux qui sont contre…

D’abord parce qu’ils craignent la répercussion sur l’emploi, comme Damien Bodey, qui réagit sur Facebook : « Et l’humain, on le modernise aussi ou on le supprime purement et simplement ? En cas d’accident, de retard ou de mouvement social, c’est le portique qui va répondre aux questions des usagers ? ». Anne Groh veut elle aussi « des contrôleurs dans les trains, parce que le travail de ces personnels est à préserver et parce que ces personnes régulent les désagréments qu’une femme voyageant seule rencontre dans un train ». Aurélie Guilbert redoute « la queue qu’il va y avoir sur les quais pour accéder aux trains » et le fait « qu’on ne pourra plus aller aux trains pour dire au revoir à [ses] proches ». Une réserve que partage Tristan Kittirath : « Avec plusieurs bagages ce n’est pas évident… Les proches qui nous accompagnent sont d’une aide très utile, alors les portiques… ».

SNCF: Installer des portiques anti-fraude dans les gares, est-ce une bonne idée?

… Ceux qui s’interrogent…

« Et quand le quai du train est affiché cinq minutes avant le départ, ça fonctionne comment ? », demande Anaïs Fargier. « Mais comment faire quand on ne peut pas prendre de billet parce que les trains sont affichés complets alors que plein de gens font des réservations et ne se présentent pas au départ et qu’il y a des places disponibles que l’on peut acheter dans le train ? », questionne Anne AmadoraEllega Alpaga fait remarquer que « dans le métro, il y a des portiques et que ça n’empêche pas la fraude… », tandis que Séverine Delaroque se demande si la SNCF ne ferait pas mieux de mettre « un contrôleur à chaque porte de wagon ce qui créerait de l’emploi et limiterait la fraude ». Steve Elles redoute quant à lui l’imminence de « grèves liées à l’installation de ce nouveau dispositif ».

… Et ceux qui sont pour

Samaël Vaine Gloire explique avoir « du mal à comprendre la logique de l’argument qui veut que si on met des portiques de contrôles, cela créeraient un embouteillage ». Et d’ajouter : « Vous compostez déjà votre billet pour accéder au train. Je n’ai jamais vu des queues de plusieurs minutes se former pour composter un billet. Et dans la pratique, même pour prendre le métro, au maximum vous attendez 30 secondes avant de pouvoir passer un portique ». Tidjy Kimisu fait remarquer que le système existe déjà à Londres et qu’il n’a « jamais entendu aucun Anglais se plaindre. C’est bien français de trouver une excuse. D’un côté, on crie qu’il y a trop de fraudeurs, de l’autre, on crie contre le système qui permettrait de remédier au problème de fraudes… ». Pour Jérémy de Lyon, « contrôler les billets aux portiques comme on le fait dans les aéroports afin de pouvoir redéployer les contrôleurs sur les lignes de TER où il serait plus difficile de mettre en œuvre ce système, voilà enfin une bonne idée ! ».