La tour Areva le 1er avril 2015 à La Défense, près de Paris
La tour Areva le 1er avril 2015 à La Défense, près de Paris — LOIC VENANCE AFP

ECONOMIE

Areva est prêt à travailler « dans un esprit de complète coopération » avec EDF

Après une perte de cinq milliards d'euros en 2014, Areva a besoin de 6 à 7 milliards d'euros. L'Etat a fait un pas de plus vers une recapitalisation ce mercredi...

L’Elysée a annoncé mercredi dans un communiqué que l’Etat « recapitalisera Areva en investisseur avisé, à la hauteur nécessaire ». Il y est également précisé qu’ EDF « a vocation à devenir actionnaire majoritaire » de l’activité réacteurs du groupe nucléaire.

« L’enjeu, c’est non pas de répondre simplement à une difficulté financière que pourrait rencontrer Areva, mais de pouvoir restructurer l’ensemble de la filière pour la doter d’une nouvelle perspective », a indiqué l’entourage du président François Hollande.

Quelques heures après cette annonce, Areva a publié un communiqué assurant que le groupe travaillerait « dans un esprit de complète coopération (...) notamment sur les termes de l'accord de partenariat stratégique global et les conditions de la participation majoritaire d'EDF au capital d'Areva NP ».

Des propositions en juillet

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a expliqué dans la journée que des propositions pour l’avenir du groupe nucléaire seront formulées en juillet.

Après avoir accusé une perte nette d’environ cinq milliards d’euros en 2014, Areva a aujourd’hui besoin de 6 à 7 milliards d’euros. Le mois dernier, la direction a annoncé une suppression de 6.000 postes, dont 3.000 à 4.000 en France.