Wall Street termine en hausse, surtout portée par l'Europe

© 2015 AFP

— 

Wall Street a terminé la séance de vendredi sur une légère baisse, suite aux déclarations de la présidente de la Fed Janet Yellen évoquant un risque de "surchauffe" de l'économie si les taux d'intérêt étaient relevés trop tard
Wall Street a terminé la séance de vendredi sur une légère baisse, suite aux déclarations de la présidente de la Fed Janet Yellen évoquant un risque de "surchauffe" de l'économie si les taux d'intérêt étaient relevés trop tard — Spencer Platt Getty

Wall Street a fini la séance de mercredi en hausse, surtout portée par le déclin du marché obligataire et la conjoncture européenne, tandis que les indicateurs américains restaient plutôt encourageants: le Dow Jones a gagné 0,36% et le Nasdaq 0,45%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 64,33 points, à 18.076,27 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 22,71 points, à 5.099,23 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, a gagné 0,21%, soit 2,13 points, à 2.114,07 points.

«Aujourd'hui, l'action se concentre vraiment dans le marché obligataire, les taux européens continuent de monter et les taux américains suivent, avec l'idée que l'économie s'améliore ou va s'améliorer», a commenté Charlie Bilello, chez Pension Partners.

De fait à New York, le rendement des bons du Trésor à 30 ans a progressé à 3,104% contre 3,015% mardi soir, et celui des bons à 10 ans à 2,366% contre 2,262% précédemment, ce qui témoigne d'un recul du marché de la dette, considéré comme une valeur refuge.

En matinée, les marchés des actions de part et d'autre de l'Atlantique ont été portés par un relèvement de la prévision d'inflation en zone euro en 2015 et l'annonce que la Banque centrale européenne (BCE) n'envisageait absolument pas pour le moment d'abréger son programme de rachat d'actifs.

S'il est besoin, «nous devrons peut-être revoir la taille, le calendrier ou les modalités du programme mais jusqu'à présent, franchement, nous ne voyons aucun besoin de le faire», a déclaré le président de la BCE, Mario Draghi.

«Comme nous l'avons vu aux Etats-Unis depuis cinq ans, tant qu'une banque centrale apporte un soutien monétaire, c'est un signe positif pour les investissements dans les marchés d'actions, qu'ils soient européens ou américains», a expliqué Michael James, chez Wedbush Securities.

Ces facteurs de hausse venus d'Europe se sont conjugués à des nouvelles rassurantes aux Etats-Unis pour mettre les voyants au vert.

En effet les créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis au mois de mai ont affiché un rythme solide conforme aux prévisions des analystes, avec 201.000 embauches, après seulement 165.000 en avril, selon l'entreprise de services en ressources humaines ADP.

Cela laisse prévoir que les chiffres officiels sur l'emploi et le chômage attendus vendredi seront encore une fois bons.

Dans l'après-midi, la hausse des indices s'est accentuée après la publication du Livre beige de la Réserve fédérale sur les perspectives économiques aux Etats-Unis.

Ce rapport, qui couvre la période du 3 avril au 22 mai, affirme que les acteurs économiques sont «généralement optimistes» et s'attendent à «la poursuite d'une croissance modeste à modérée».

Du coup le marché a surmonté sans peine la petite déception d'une décélération plus marquée que prévu de l'activité dans les services aux Etats-Unis en mai.

- Google en hausse -

Du côté des valeurs, le géant d'internet Google a gagné 0,21% à 540,31 dollars après son assemblée générale, où la direction a vu validée sa stratégie et repoussées des propositions remettant en cause la structure du capital ou les investissements dans les énergies renouvelables.

Son concurrent Yahoo!, qui a conclu un accord avec la ligue de football américain NFL pour transmettre un match en direct le 25 octobre, a gagné 0,14% à 43,21 dollars.

Cet accord, qui se chiffre en dizaine de millions de dollars selon certains médias, s'inscrit dans une stratégie de développement du groupe qui mise fortement sur la vidéo. Yahoo! diffuse déjà des concerts en direct dans le cadre d'un partenariat avec l'organisateur de spectacles Live Nation.

Le géant informatique Hewlett-Packard, qui a fixé au 1er novembre sa scission entre activités de services et fabrication d'ordinateurs et imprimantes, a pris 0,24% à 33,96 dollars l'action.

Le groupe d'habillement Guess a fini en hausse de 2,31% à 19,08 dollars après des ventes décevantes, pénalisées par le dollar fort, qui ne l'ont pas empêché d'afficher un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes.

Nasdaq Nyse