ECONOMIE

BCE: La sécurité renforcée après l'«attentat au confetti» d'avril

Lors de la conférence de presse du 15 avril, une activiste avait réussi à entrer dans les locaux de l'institution en se faisant passer pour une journaliste, et à couvrir Mario Draghi de confettis...

Les mesures de sécurité dans les locaux de la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort sont désormais plus strictes, après le coup d'éclat de Joséphine Witt, ont constaté des journalistes sur place ce mercredi.

Une réunion de la BCE suivie d'une conférence de presse, doit avoir lieu à partir de 14h30, et les services de sécurité de l'institution semblent avoir pris leurs précaution pour éviter de rééditer l'«attaque au confetti» dont a été victime Mario Draghi, son président, en avril.

Les procédures d’accréditation des journalistes ont ainsi été notablement renforcées, et, comme l'indique sur Twitter le correspondant du journal Les Echos à Francfort, Jean-Philippe Lacour, les boissons sont interdites en salle de presse et les sièges ont été attribués.

Lors de la conférence de presse de la BCE le 15 avril dernier, Joséphine Witt, Hambourgeoise de 21 ans et ancienne militante Femen qui se définit aujourd'hui comme une «activiste free-lance», avait réussi à entrer dans les locaux de l'institution en se faisant passer pour une journaliste.

Elle avait ensuite sauté sur la table devant Mario Draghi pendant la conférence de presse, et l'avait couvert de confettis, tout en scandant an anglais «Arrêtez la dictature de la BCE» («End the ECB dictatorship»), un slogan qu'elle arborait aussi sur son tee-shirt.