C'est en Pologne que le moins de salariés (22%) se disent souvent heureux au travail, alors qu'ils sont 63% aux Pays-Bas
C'est en Pologne que le moins de salariés (22%) se disent souvent heureux au travail, alors qu'ils sont 63% aux Pays-Bas — Francois Guillot AFP

Économie

Les salariés européens inégaux face au bonheur au travail

Le bonheur au travail ne se vit pas de la même façon d'un bout à l'autre de l'Europe, avec en moyenne près de quatre salariés sur dix qui se disent "souvent" heureux, mais de fortes disparités entre pays, selon un baromètre publié mardi.

Le bonheur au travail ne se vit pas de la même façon d'un bout à l'autre de l'Europe, avec en moyenne près de quatre salariés sur dix qui se disent «souvent» heureux, mais de fortes disparités entre pays, selon un baromètre publié mardi.

L'enquête Edenred-Ipsos, réalisée auprès de salariés de 14 pays d'Europe, montre qu'en moyenne, 38% d'entre eux se disent «souvent» heureux au travail, 52% «de temps en temps» et 8% «jamais». Ils sont aussi 40% à se dire confiants dans l'avenir de leur pays et 55% dans leur avenir professionnel.

Côté bonheur, la Pologne est lanterne rouge avec seulement 22% de salariés souvent heureux (et 13% d'entre eux «jamais» heureux, le record), devant la République Tchèque (27%), la Roumanie (31%) et la Grande-Bretagne (32%).

A l'opposé, c'est aux Pays-Bas qu'on trouvera le plus facilement le bonheur au travail (63%), devant l'Autriche (55%), la Belgique (49%) et l'Allemagne (46%). La France est proche de la moyenne (41%).

L'enquête montre par ailleurs que les salariés européens ne voient pas d'un mauvais oeil le numérique. Ils sont 73% à se dire familiers avec ces outils et 40% à estimer qu'ils ont un impact positif sur leur motivation au travail, autant à évoquer un effet neutre et 12% seulement à y voir un effet négatif (les autres étant indécis).

Seuls 18% des salariés évoquent aussi un impact négatif du numérique sur l'équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée.

Ils sont toutefois 70% à dire qu'ils sont sollicités en dehors des heures de travail (dont 18% souvent), une proportion qui grimpe à 87% chez les cadres.

L'enquête a été réalisée en ligne en janvier auprès de 13.600 salariés dans 14 pays d'Europe: Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Suède, Royaume-Uni, Pologne, Roumanie, Turquie, Finlande, Autriche, République Tchèque, Pays-Bas.