Les commerçants et les professions libérales vont être incités à davantage accepter la carte bancaire, grâce à des baisses de commissions
Les commerçants et les professions libérales vont être incités à davantage accepter la carte bancaire, grâce à des baisses de commissions — Damien Meyer AFP

CONSO

L'usage de la carte bancaire, moyen de paiement préféré des Français, va être favorisé

Selon le sondage CSA «Les Français et les moyens de paiement», réalisé fin avril auprès de 1.004 personnes, plus de sept personnes sur dix (71%) désignent la carte bancaire comme leur moyen de paiement préféré...

Les commerçants et les professions libérales vont être incités à davantage accepter la carte bancaire, moyen de paiement préféré des Français, grâce notamment à une baisse des commissions bancaires et une modernisation de leurs équipements, annonce Bercy ce mardi.

Selon le sondage CSA commandé par le ministère des Finances, intitulé Les Français et les moyens de paiement réalisé fin avril auprès de 1.004 personnes, plus de sept personnes sur dix (71%) désignent la carte bancaire comme leur moyen de paiement préféré, loin devant l'argent liquide (15%) ou le chèque (9%). En revanche, en affinant le moyen de paiement en fonction du montant à régler, les personnes interrogées marquent une préférence pour le liquide quand les sommes sont inférieures à 10 euros (pour 84% d'entre eux).

Sapin souhaite au moins diviser par deux le montant facturé pour les petits achats

«Certains secteurs permettent encore trop faiblement au consommateur d'avoir recours à l'utilisation de la carte bancaire, en particulier les commerces de proximité. Un frein est constitué par les frais supportés par les commerçants (...) il s'agit donc de les baisser», souligne Bercy dans le cadre des Assises des moyens de paiement.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, qui avait annoncé il y a quelques jours vouloir lever ces freins, «souhaite une division par deux, au minimum, du montant facturé pour les petits achats», précise Bercy dans un communiqué. D'ici la fin de l'année, la commission interbancaire de paiement sera abaissée et passera en moyenne de 0,28% à 0,23% de la valeur de transaction. Pour faciliter le paiement des petits montants, la partie fixe de cette commission sera supprimée.

En outre, à partir du 1er janvier 2016, les nouveaux terminaux de paiement électroniques installés devront être obligatoirement équipés d'une fonction IP, qui permet de payer moins cher en passant par Internet. De leur côté, les banques s'engagent à développer des offres utilisant la technologie IP et à rendre leur offre tarifaire aux commerçants plus transparente.

61% de Français souhaite pouvoir utiliser davantage sa carte bancaire

Pour faciliter l'acceptation de la carte bancaire par les professions libérales (médecins notamment), le ministère annonce que les entreprises individuelles adhérant à un organisme de gestion agréé (1,1 million aujourd'hui, dont une majorité de professionnels libéraux) devront accepter le chèque ou un moyen de paiement électronique courant 2016. Selon le sondage, une large majorité (61%) de Français souhaite pouvoir utiliser davantage sa carte bancaire au quotidien.

Autre axe sur lequel Bercy et les banques souhaitent accélérer: le développement du paiement sans contact. D'ici le 1er janvier 2016, les nouveaux terminaux de paiement seront tous équipés de la fonction sans contact et d'ici 2020 au plus tard, l'ensemble du parc devra être équipé du «sans contact.» Pourtant, près de sept personnes sur dix (69%), parmi celles qui n'utilisent pas le paiement sans contact, ne souhaitent pas s'équiper de ce moyen de paiement, une proportion encore plus élevée (82%) pour les applications qui permettent de payer avec un smartphone.

Pour la très large majorité des personnes interrogées, paiement sans contact et paiement via un smartphone exposent davantage au risque de fraude ou de piratage. Le paiement par téléphone paraît en outre techniquement complexe aux trois quarts des sondés. Les acteurs se proposent de mieux informer les consommateurs, notamment «sur la possibilité de désactiver gratuitement cette fonction et sur le caractère sécurisé de ce mode de paiement». Toujours côté sécurité, les dispositifs d'identification pour les achats en ligne (type SMS pour finaliser le paiement) devraient être généralisés progressivement.