Wall Street finit en baisse, nerveuse sur la Grèce et l'économie aux Etats-Unis

© 2015 AFP

— 

Wall Street à New York, le 16 août 2007
Wall Street à New York, le 16 août 2007 — Timothy A. Clary AFP

Wall Street a baissé vendredi, déprimée par des chiffres médiocres aux Etats-Unis et tirée vers le bas par un nouveau déclin des places européennes face aux inquiétudes sur la Grèce: le Dow Jones a perdu 0,64% et le Nasdaq 0,55%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 115,44 points, à 18.010,68 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 27,95 points, à 5.070,03 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, a reculé de 0,63%, soit 13,40 points, à 2.107,39 points.

La Bourse a baissé «dans la foulée d'un chiffre sur le produit intérieur brut (américain) du premier trimestre, désormais vu en contraction», ont mis en avant les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Selon la deuxième estimation du département du Commerce sur le sujet, l'activité économique s'est contractée de 0,7% entre janvier et mars, plombée par un hiver rigoureux et l'appréciation du dollar, soit une nette dégradation par rapport à l'expansion de 2,2% du trimestre précédent.

Cependant, pour Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital, «le chiffre sur le PIB n'a probablement rien à voir» avec le déclin de Wall Street car «le marché l'avait déjà intégré».

Il estime que les investisseurs ont surtout réagi négativement à une baisse inattendue de l'activité économique dans la région de Chicago ainsi qu'à un nouveau déclin du moral des ménages américains, selon un indice de l'université du Michigan. Ces chiffres, qui concernent le mois de mai, sont plus actuels que la révision du PIB, et donc de mauvais augure pour la reprise espérée au second trimestre.

Au-delà de l'horizon américain, la baisse du marché «est liée à la Grèce», a ajouté M. Cardillo, rappelant que Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a jugé possible une sortie d'Athènes de la zone euro.

«Les investisseurs gardent cela à l'esprit et, à l'approche du week-end, cela a provoqué ce déclin», a-t-il conclu, jugeant en outre que l'approche de la fin du mois contribuait à rendre le marché plus instable, pour des raisons techniques.

Les inquiétudes sur la Grèce, qui ont phagocyté un G7 Finances en Allemagne, ont surtout abattu les Bourses européennes, l'Eurostoxx 50 perdant plus de 2%.

Le marché obligataire américain avançait légèrement. Vers 20H15 GMT, le rendement des bons du Trésor à 30 ans baissait à 2,884%, contre 2,891% jeudi soir, et celui des bons à 10 ans à 2,121%, contre 2,136% précédemment.

Nyse Nasdaq