«Reviens Léon» : Dix entrepreneurs appellent au retour des expatriés français

TECHNOLOGIE Ils signent ce mardi matin une tribune dans «Le Monde» avant le lancement officiel mercredi d'un nouveau programme d’attractivité internationale destiné aux start-up de l’Hexagone...

F.P.

— 

Le quartier d'affaires de La défense près de Paris, le 14 juillet 2013
Le quartier d'affaires de La défense près de Paris, le 14 juillet 2013 — Fred Dufour AFP

« Reviens Léon, on innove à la maison ! »… Une dizaine de chefs d’entreprises français, d’Anne Lauvergeon, ancienne PDG d’Areva, aux fondateurs des start-up à succès Criteo ou Blablacar, signent sous ce titre une tribune ce mardi matin sur le site Internet du Monde.

« Un souffle créatif inédit en ce moment en France »

Dans un texte incisif, ils appellent les expatriés français à revenir au pays. Parce qu’il « y a en ce moment en France un souffle créatif inédit. Et la France est, aujourd’hui, l’un des terreaux entrepreneuriaux les plus fertiles en Europe et dans le monde », assurent les signataires.

Les temps moroses qui ont poussé de nombreux jeunes diplômés à se tourner vers des horizons plus lumineux seraient donc terminés. Ces chefs d’entreprise prennent pour preuve « la cohorte des start-up et des modèles économiques novateurs qui montrent la voie d’une sortie de crise pour tous ». « L’Hexagone n’a […] jamais généré autant de start-up, en si peu de temps. Certaines sont déjà passées à l’échelle internationale. Nos start-up deviennent des scale-up, nous plaçant face au défi de la transition du local au mondial », poursuivent-ils quelques lignes plus bas.

« Reviens Léon », pas seulement une tribune

Le seul obstacle au réveil de la France ne serait plus alors que l’absence de ces expatriés que les signataires du texte appellent vivement à rentrer à la maison. « Reviens Léon » ne se limitera pas à cette tribune. Ce mercredi 27 mai, dans un restaurant de la capitale, ces entrepreneurs lanceront un nouveau programme d’attractivité internationale destiné aux start-up de l’Hexagone. Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique, sera présente.