Selon Macron, aucun licenciement n'est envisagé chez Areva en France

ENTREPRISE Le groupe favorisera les départs sur la base du volontariat...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 7, 2015 la Tour Areva à La Defense.  AFP PHOTO  ERIC PIERMONT
Le 7, 2015 la Tour Areva à La Defense. AFP PHOTO ERIC PIERMONT — AFP

«En France, aucun licenciement n'est envisagé» au sein du groupe Areva, qui a annoncé début mai jusqu'à 4.000 suppressions d'emplois dans l'Hexagone, assure le ministre de l'Economie Emmanuel Macron dans une interview à L'Usine Nouvelle, en soulignant que les salariés ne doivent pas être «la variable d'ajustement».

«L'Etat ne saurait remettre au pot sans regard sur la stratégie industrielle» du groupe nucléaire, détenu à près de 87% par des capitaux publics, ajoute le ministre, dans cette interview mise en ligne lundi sur le site du magazine économique. «En France, aucun licenciement n'est envisagé. Ce ne sont pas les salariés, les ingénieurs, les ouvriers, en particulier dans des secteurs où la sûreté est fondamentale et où il faut des années pour les former, qui doivent être la variable d'ajustement (des) erreurs stratégiques et de la transformation du marché», affirme-t-il.

Cinq questions sur le cas Areva

Mais le ministre ajoute que «cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas des efforts de compétitivité à engager», ce qui sera «l'objet de la négociation sociale qui s'ouvre». Pour Emmanuel  Macron, «l'organisation la plus efficace» de la filière nucléaire française passe par «de nouveaux liens commerciaux entre EDF et Areva» et «c'est aux industriels de faire les propositions».

Les syndicats reçus le 22 mai

«La question, c'est jusqu'où va le rapprochement en termes industriel et capitalistique entre les acteurs», explique-t-il. «L'Etat prendra ses responsabilités», mais «je suis prudent car l'Etat ne saurait remettre au pot sans regard sur la stratégie industrielle», poursuit-il.

«Nous attendons donc le projet des industriels et nous prendrons les décisions nécessaires», résume le ministre. «Il ne s'agit pas d'un simple Meccano, mais de la refonte en profondeur de notre politique nucléaire», souligne-t-il.Le groupe Arevahttps://www.20minutes.fr/economie/1554755-20150304-cinq-questions-cas-areva a annoncé le 7 mai qu'il allait supprimer 5.000 à 6.000 emplois dans le monde, dont 3.000 à 4.000 en France, dans le cadre de son plan de redressement. La firme nucléaire en difficulté emploie actuellement environ 44.000 personnes dans le monde, dont 29.000 en France.

Le directeur général d'Areva, Philippe Knoche, a répété à plusieurs reprises que le groupe ferait tout pour que les éventuels départs se fassent sur la base du volontariat. Le ministère de l'Economie a demandé de tout faire pour «éviter les licenciements contraints» et Emmanuel Macron recevra les syndicats du groupe ce vendredi 22 mai.