Le Sénat adopte le projet de loi Macron, en le libéralisant encore plus

ECONOMIE Le texte a largement été approuvé parmi les sénateurs de droite...

A.B. avec AFP
— 
Illustration du Sénat.
Illustration du Sénat. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le Sénat a adopté mardi le projet de loi Macron, en le libéralisant encore plus, à l'issue de plus de 130 heures de débat.

Le projet de loi a été voté par 185 sénateurs de droite, UMP et UDI-UC. 44 sénateurs ont voté contre, essentiellement communistes et écologistes, mais aussi socialistes comme Marie-Noëlle Lienemann et plusieurs de ses collègues qui défendent la motion B au futur congrès de leur parti à Poitiers. Ils ont dénoncé «de graves mesures libérales et anti-sociales». Les autres socialistes et une grande partie du groupe RDSE, à majorité PRG, se sont abstenus.

«Nous avons musclé le texte»

«Ce que nous avions, dit, nous l'avons fait», a réagi le chef des sénateurs UMP Bruno Retailleau. «Nous avons musclé le texte tout en lui donnant de la souplesse, en particulier en ce qui concerne le droit du travail, et de la simplification». Le texte est bien plus libéral que la version proposée à l'Assemblée nationale et permettra jusqu'à 12 ouverture de dimanche par an contre 5 actuellement.

Le texte n'a toutefois aucune chance d'être adopté en l'état: il doit à présent faire l'objet d'une commission mixte paritaire (CMP, 7 sénateurs, 7 députés) chargée de trouver une version commune aux deux chambres. Elle est prévue le 3 juin. En cas d'échec, c'est l'Assemblée nationale, dont la version n'avait été votée qu'après l'utilisation de l'article 49-3 de la constitution par le gouvernement, qui aura le dernier mot.

Le gouvernement avait demandé la procédure accélérée sur ce projet de loi, c'est-à-dire une lecture par chambre.