Les meilleurs souvenirs de job d'été des internautes

TEMOIGNAGES Dans un champs, un bus, ou devant un ordinateur, des internautes racontent leurs  expériences de travail saisonnier...

C.G.
Le secteur de l'agriculture propose de nombreux job d'été.
Le secteur de l'agriculture propose de nombreux job d'été. — Remy Gabalda AFP

A quelques semaines de l'été, les étudiants sont encore dans les starting-blocks pour tenter de se dégoter un job saisonnier. Un bon plan pour valoriser un CV, une nécessité (surtout) pour financer ses études. Des internautes de 20 Minutes se remémorent des bons souvenirs de leurs expériences estivales.

«Les batailles d’eau étaient courantes»

Yoran se souvient de son meilleur job d’été en 2012. Affecté au service de nettoyage des bus de Saint-Brieuc, le jeune homme confie d'emblée n’avoir jamais autant «rigolé» de sa vie. «J’ai trouvé ce job par une connaissance. J’avais besoin d’argent de poche pour tenir l’année. Et franchement c’était tout le temps le délire», admet-il.

La bonne ambiance qui régnait dans l'équipe n'est pas étrangère à son souvenir. «Les batailles d'eau étaient courantes! Je tiens d'ailleurs à m'excuser auprès des usagers si les sièges étaient un peu humides…»

Il raconte aussi les trouvailles pendant les heures de nettoyage. «C’est fou ce qu’on peut trouver dans un bus après plusieurs heures de tournée. De la nourriture bien sûr, beaucoup de chewing-gums, mais aussi des slips ou des préservatifs. On ne savait jamais à quoi s’attendre.»

«Les gens étaient gentils»

Un directeur sympa et une bonne ambiance de travail expliquent en partie la belle expérience de job d’été de Cyndel, recrutée comme standardiste dans une clinique de Vitrolles.

«Je cherchais un job pour financer mes études, et ma mère a parlé au directeur. Je ne connaissais absolument rien du poste, j’ai eu beaucoup de chance», reconnaît-elle.

«Les gens étaient gentils. Je me suis rapidement intégrée et j’ai beaucoup appris. Finalement, travailler dans une clinique, même le temps d'un été, m'a paru tout à fait naturel. C’était vraiment très agréable», conclut la jeune femme.

«En osmose avec la nature»

Marie-Christine s’est laissée tenter par un job agricole près de Nice. Des semaines de boulot au soleil dont elle se souvient avec plaisir.

«Je ramassais des fraises bios. C’était dur mais au moins, je pouvais en manger à volonté! Et puis j’ai appris beaucoup de choses. C’est tout un art de bien cultiver des fruits», raconte-t-elle.

Plus que tout, Marie-Christine est contente d’avoir choisi le secteur agricole, qui lui a permis de passer ses journées dehors. «Qu’il pleuve ou qu'il fasse beau, nous devions travailler. Cette expérience m’a permis d’être en osmose totale avec la nature.»