Covoiturage: Blablacar s'implante au Mexique

TRANSPORTS Créé en 2006, le service de la start-up française compte désormais 20 millions de membres répartis dans 19 pays dans le monde...

20 Minutes avec agences

— 

Capture d'écran du site Blablacar (voyage Montpellier-Millau).
Capture d'écran du site Blablacar (voyage Montpellier-Millau). — BLABLACAR

Une semaine après le rachat de ses concurrents allemand (Carpooling) et hongrois (Autophop), BlablaCar se lance à l’assaut du Mexique. La start-up française vient, en effet, d’annoncer le rachat de la plateforme mexicaine covoiturage Rides. Et le groupe, qui revendique 20 millions de membres dans près de 19 pays, évoque une «première incursion sur le continent américain».

Le covoiturage, une pratique devenue habituelle au Mexique

«Après la suppression des subventions à l'essence, les Mexicains ont subi, depuis 2010, une hausse de 72% des prix à la pompe. Par ailleurs, le Mexique ne dispose pas d'infrastructures ferroviaires adéquates permettant de relier les 14 villes de plus d'un million d'habitants du pays», explique la start-up française afin de justifier son rachat.

De son côté, il s'avère que la plateforme Rides a connu une forte croissance, inscrivant le covoiturage dans les mœurs au Mexique. D’où le «besoin réel qu'ont les Mexicains pour un moyen de transport économique comme le covoiturage», estime encore Blablacar.

100 millions de dollars de levée de fonds en 2014

Créé en 2006 sous le nom de «covoiturage.com», Blablacar continue donc son expansion. Sa stratégie européenne remonte à 2009, quand elle s'est implantée en Espagne. Elle s'est ensuite exportée au Royaume-Uni en 2010, au Portugal, en Italie, au Benelux et en Pologne en 2012, en Allemagne en 2013. 

Et depuis 2014, la société tourne vers les marchés émergents: elle a pris pied en Russie, en Ukraine, en Turquie et en Inde. En juillet de la même année, la start-up française a annoncé avoir levé 100 millions de dollars (73 millions d'euros).