Carrefour pourrait payer le prix fort

©2007 20 minutes

— 

Le groupe Carrefour comparaît aujourd'hui devant le tribunal correctionnel d'Evry. Le n° 2 mondial de la distribution est accusé de publicité mensongère, de revente à perte et de contrats illégaux avec ses fournisseurs.

L'enseigne française, dont le siège social se trouve à Courcouronnes (Essonne), encourt au total plus de 17 millions d'euros d'amende, selon une source judiciaire. Ces affaires ont été portées devant la justice par les services départementaux de la répression des fraudes après des contrôles ou à la suite de plaintes de consommateurs.

Carrefour est poursuivi pour avoir fait de la publicité pour des produits qui, selon les cas, n'étaient pas disponibles en quantité suffisante, pas au prix annoncé, ou n'avaient pas les caractéristiques vantées en catalogue. Les publicités incriminées portaient sur du champagne (Noël 2003), des climatiseurs, des écrans LCD et des congélateurs (mai-juin 2004), des aquariums (octobre 2004) ou encore du foie gras (Noël 2005). L'hypermarché aurait également vendu des produits à un montant inférieur à leur prix d'achat.

contreparties Carrefour et sa centrale d'achat Interdis auraient imposé des contreparties illégales à des fournisseurs en échange de la mise en valeur de leurs produits dans ses rayons, avec des contrats imprécis que le juge va passer au crible. C'est une pratique courante mais rarement condamnée.