La Bourse de Paris dans le vert à l'issue d'une séance hésitante

© 2015 AFP

— 

Une vue sur le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris, le 10 février 2010
Une vue sur le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris, le 10 février 2010 — Eric Piermont AFP

La Bourse de Paris a terminé dans le vert une séance hésitante mardi (+0,10%), sans parvenir à se maintenir au-dessus du seuil symbolique des 5.200 points, dans un marché préoccupé par les discussions entre la Grèce et ses créanciers.

L'indice CAC 40 a pris 5,05 points à 5.192,64 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,4 milliards d'euros. La veille, l'indice parisien avait rebondi de 0,86%.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a terminé en hausse de 0,40% et Londres 0,15%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a terminé sur une note stable (+0,04%).

Le marché parisien a démarré sur une note positive qu'il a conservée dans la matinée, prenant plus de 1% au-dessus de 5.200 points, avant de faire machine arrière et de perdre brièvement du terrain. Il s'est repris légèrement dans l'après-midi, tandis que Wall Street a ouvert en hausse.

«Le marché a réussi à se rattraper déjà lundi après avoir accusé un peu le coup vendredi», souligne Andréa Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

Les indices européens cherchent à maintenir leur hausse, le CAC 40 ayant pris plus de 20% depuis le 1er janvier, ce qui peut pousser à des prises de bénéfices une fois certains seuils atteints.

Selon M. Tuéni, la cote manque cependant de catalyseur «pour justifier une nouvelle phase de hausse» et se trouve dans «une phase d'attente».

«Le marché avait peut-être surréagi à certaines publications d'entreprises» dans la matinée, souligne en outre Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez HPC.

Par ailleurs, les investisseurs tiennent relativement à distance leurs inquiétudes sur le dossier grec mais restent attentifs aux développements du dossier.

Il y a «plusieurs sons de cloche autour de la Grèce et toujours pas d'accord tangible», note M. Tuéni. «Pour le moment, cela empêche un rebond durable», fait-il remarquer.

Le pays est pressé de toutes parts par ses créanciers de présenter des mesures budgétaires qui lui permettront de continuer à recevoir l'aide internationale. Une réunion des ministres des Finances de la zone euro doit par ailleurs se tenir en fin de semaine.

Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a assuré voir «des avancées» dans les discussions menées avec la Grèce.

Côté indicateurs, la confiance des milieux financiers allemands a enregistré une baisse inattendue en avril après cinq mois ininterrompus de hausse, selon le baromètre ZEW.

Parmi les valeurs, Publicis s'est distingué en tête du CAC 40 (+6,18% à 76,81 euros) après une activité en hausse et meilleure que prévu au premier trimestre.

Schneider Electric a gagné 0,41% à 70,47 euros grâce à un chiffre d'affaires en forte croissance pour le premier trimestre.

L'Oréal a fini en hausse (+0,54% à 178,15 euros). Le groupe a publié un chiffre d'affaires en forte hausse de 14,1% au premier trimestre et confirmé ses objectifs annuels.

Teleperformance a grimpé (+5,92% à 69,79 euros) à l'issue d'un premier trimestre encourageant.

Soitec a finalement perdu 2,22% à 0,88 euro après un chiffre d'affaires en baisse de près de 10% pour son exercice décalé 2014-2015.

Essilor a pris 0,40% à 111,70 euros, après un chiffre d'affaires en forte hausse de 25,4% au premier trimestre, mais légèrement moins bon que prévu.

Unibail-Rodamco a terminé sur une légère progression (+0,26% à 254,30euros). Le groupe a publié un chiffre d'affaires en hausse de 6,3% au premier trimestre.

EOS Imaging a été recherché (+7,45% à 5,05 euros). La société a annoncé une réduction de 11% de ses pertes en 2014, grâce à une hausse de ses ventes soutenue.

Bigben Interactive a reculé fortement (-3,53% à 3,55 euros) après avoir publié un chiffre d'affaires sur son exercice 2014-2015 inférieur à son objectif annoncé de 190 millions et averti que l'impact du change sur sa rentabilité sera un peu plus élevé que prévu.

Ipsos a pris 0,63% à 25,39 euros après avoir a annoncé une collaboration avec Google pour lancer de nouveaux services d'études marketing basés sur la géolocalisation.

Euronext