Blablacar rachète son principal concurrent

TRANSPORTS La start-up française propose désormais, dit-elle, ses services «sans frontières d'Amsterdam à Zagreb»...

20 Minutes avec agences

— 

Capture d'écran du site Blablacar (voyage Montpellier-Millau).
Capture d'écran du site Blablacar (voyage Montpellier-Millau). — BLABLACAR

La start-up française de covoiturage n'a pas précisé le montant de la transaction. Mais qu'importe, en annonçant, ce mercredi, l'acquisition de son principal rival et deuxième acteur du marché, l'allemand carpooling.com, BlaBlaCar renforce sa position de leader sur le marché européen du covoiturage. 

Sans compter que le site a également mis la main sur une petite société hongroise basée à Budapest, Autohop. Ce qui lui permet de compléter son maillage du territoire européen. «Ces services seront intégrés à la plateforme de BlaBlaCar, afin de proposer un service de covoiturage unifié dans toute l'Europe, désormais sans frontières d'Amsterdam à Zagreb», a fait savoir Blablacar dans un communiqué.

«Accroître la communauté de BlaBlaCar dans le plus grand pays d'Europe»

Le site carpooling.com, qui existe depuis 2001 et avait été soutenu par le géant de l'industrie automobile Daimler, «est le plus ancien service de covoiturage longue distance en Allemagne» et a contribué à populariser ce mode de déplacement outre-Rhin, selon BlaBlaCar. 

«Cette acquisition va accroître de manière significative la communauté de BlaBlaCar dans le plus grand pays d'Europe», ajoute la start-up. «L'acquisition d'AutoHop étend, quant à elle, la communauté de BlaBlaCar à quatre nouveaux pays : la Hongrie, la Roumanie, la Serbie et la Croatie», ajoute la société française, notant que la structure basée à Budapest restera en place.

«Plus de 20 millions de membres dans 18 pays»

Pour rappel, BlaBlaCar a annoncé avoir levé 100 millions de dollars en juillet 2014 (73 millions d'euros au cours de l'époque), un record à cette date pour une start-up française.

Une start-up fondée en 2006 qui ne cesse d'ailleurs de grossir et revendique ainsi après ces deux dernières acquisitions «plus de 20 millions de membres dans 18 pays, en Europe et en Asie».