Bruxelles devrait accuser Google d'abus de position dominante ce mercredi

CONCURRENCE L'entreprise américaine risque une amende qui pourrait atteindre 6 milliards d'euros...

Philippe Berry

— 

Le logo du groupe Google à son campus de Mountain View en Californie, le 20 février 2015
Le logo du groupe Google à son campus de Mountain View en Californie, le 20 février 2015 — Susana Bates AFP

Google vs Bruxelles, round 1. Plus de 10 ans après la procédure contre Microsoft, Google devrait officiellement être accusé par la Commission européenne d'avoir abusé de sa position dominante sur la recherche. Le New York Times, le Wall Street Journal et le Financial Times l'affirmaient tous, mardi soir.

La décision est attendue mercredi mais aucune décision n'a encore été prise, juraient pourtant un peu plus tôt des sources à l'AFP. La commissaire chargée du dossier, Margrethe Vestager, en charge de la Concurrence, doit soumettre cette proposition au cours de la réunion de la Commission mercredi et ses collègues sont appelés à dire s'ils la soutiennent ou non. Vestager partira ensuite pour une visite de deux jours aux Etats-Unis.

10% du chiffre d'affaires

Si Bruxelles accuse formellement Google, ce dernier pourra ensuite tenter de se défendre. En cas de condamnation, l'amende pourrait grimper jusqu'à 6 milliards d'euros (10% du chiffre d'affaires de Google en 2014) selon le Wall Street Journal. Elle dépasserait alors les records d'Intel (1,1 milliard) de 2009 et de Microsoft, qui avait finalement payé 2 milliards d'euros en 2013, après une pénalité.

Le gendarme européen de la concurrence, qui a enquêté pendant 5 ans,  reproche surtoutau géant américain d'Internet de mettre en avant sur ses pages ses propres services spécialisés, au détriment des moteurs de recherche concurrents, par exemple des comparateurs de prix comme Kelkoo ou des sites spécialisés dans les voyages comme Expedia.