Les chèques d'EADS suscitent la querelle

©2007 20 minutes

— 

La polémique sur les indemnités de départ des dirigeants d'EADS rebondit. Malgré les démentis formels du groupe, la présidente du Medef, Laurence Parisot, a exigé hier des « explications » après que le mensuel Capital a affirmé sur son site Internet que le directeur général délégué Jean-Paul Gut comptait quitter la maison mère d'Airbus avec une indemnité de départ d'au moins 12 millions d'euros. « Je souhaiterais qu'EADS mette de l'ordre dans sa gouvernance », a-t-elle lancé. Un peu plus tôt, Thomas Enders, le coprésident allemand d'EADS, a assuré que le gouvernement français avait fait « pression » pour que l'ancien coprésident Noël Forgeard quitte le groupe avec 8,5 millions d'euros.