Evasion fiscale: De nouveaux guichets pour intensifier le rythme des régularisations

ECONOMIE Plusieurs milliers de dossiers sont en attente, et des centaines d'autres arrivent tous les mois...

V.P.

— 

Le ministère de l'Economie, à Paris
Le ministère de l'Economie, à Paris — SIPA

C'est la rançon du succès. Les évadés fiscaux se bousculent au portillon de Bercy: depuis 2013, plus de 37.000 dossiers ont été déposés à sa nouvelle cellule de régularisation de comptes bancaires dissimulés à l'étranger. Tellement que le gouvernement a décidé d'ouvrir six nouveaux guichets dans toute la France.

En effet, malgré une centaine d’agents en poste à Paris, le Service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) ne peut pas faire face à l'afflux des dossiers. Pour l'instant, moins de 5.200 ont été définitivement traités. Et il en arrive 130 nouveaux par semaine.

A compter du 1er juin, Marseille, Bordeaux, Lyon et Strasbourg vont donc compter leur propre guichet, en plus de deux nouveaux en Ile-de-France. Des centres qui vont s'occuper surtout des dossiers les moins importants, qui sont aussi les plus nombreux. Grâce à ce nouveau dispositif, le gouvernement espère faire mieux qu'en 2014, quand la régularisation de comptes bancaires dissimulés à l'étranger avait rapporté 2,2 milliards d'euros en 2014. De quoi boucler le budget de l'Etat, par exemple.