L'Autorité de la concurrence invite la grande distribution à ajuster ses alliances

© 2015 AFP

— 

L'Autorité de la concurrence a invité les enseignes la grande distribution à tenir compte des risques concurrentiels posés par des alliances de centrales d'achats
L'Autorité de la concurrence a invité les enseignes la grande distribution à tenir compte des risques concurrentiels posés par des alliances de centrales d'achats — Remy Gabalda AFP

L'Autorité de la concurrence, saisie pour se prononcer sur les conséquences des alliances de centrales d'achats dans la grande distribution (Auchan-Système U, Intermarché-Casino, Carrefour-Cora/Match), a invité mercredi les enseignes à tenir compte des risques d'altération de la concurrence qu'elle a identifiés.

Dans son avis, elle invite les opérateurs à choisir leurs fournisseurs selon des critères «objectifs et non-discriminatoires» compte tenu des «incidences que leur choix pourrait avoir sur le marché de l'approvisionnement».

Elle souligne «l'importance de renforcer la concurrence dans le secteur» en assouplissant par exemple les conditions d'implantation des magasins et en augmentant la mobilité inter-enseignes.

Cela pourrait se traduire par une disposition du projet de loi Macron qui vise à «limiter la durée des contrats d'affiliation entre les magasins et leur tête de réseau».

Le gendarme de la concurrence préconise en outre, pour les distributeurs, d'instaurer une «obligation légale d'information préalable à tout nouvel accord de rapprochement portant sur une partie significative du marché afin de lui permettre d'assurer son rôle de veille de manière efficace».

Il propose enfin de modifier le dispositif prévu pour détecter les abus de dépendance économique dans le cadre des relations entre distributeurs et fournisseurs afin de le rendre plus efficace.

Depuis deux ans, les distributeurs français ont entamé une guerre des prix féroce pour tenter de s'attirer les faveurs de consommateurs au pouvoir d'achat contraint, et ainsi conserver, voire améliorer leurs chiffres d'affaires malgré une consommation morose.

C'est dans ce cadre que les grandes enseignes, hormis les magasins Leclerc, ont annoncé des alliances sur les achats au cours des derniers mois. Carrefour et Cora/Match ont conclu fin décembre un accord de coopération quelques mois après que Auchan/Système U d'une part et Casino/Intermarché d'autre part ont fait de même.

A la suite de ces nouvelles alliances, Casino/Intermarché représentent désormais 25,9% de part de marché en France, Carrefour/Cora/Match 25,2%, Auchan/Système U 21,9% et Leclerc 19,9%.

Le PDG de la filiale française du groupe suisse Nestlé, Richard Girardot, a dénoncé mardi dans Le Figaro les «marges écrasées» par les exigences des distributeurs ainsi qu'«une situation où le commercial se retrouve à 23 heures à attendre dans un box, soumis à une pression digne d'une garde à vue».