Allocations familiales, prime automobile… Les quatre bonnes nouvelles du 1er avril

BUDGET Les mentions des lieux d’élevage et d’abattage devront notamment figurer sur les étiquettes de certaines viandes...

M.B.

— 

Une agence Pôle Emploi à Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord, le 30 septembre 2014
Une agence Pôle Emploi à Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord, le 30 septembre 2014 — Philippe Huguen AFP

Promis, ce n’est pas un poisson. Comme chaque année, le 1er avril est marqué par une série de modifications susceptibles d’avoir un impact sur votre portefeuille et votre vie au quotidien. 20 Minutes fait le point sur les bonnes nouvelles qui s’appliquent dès mercredi.

Les quatre mauvaises nouvelles du 1er avril

  • Des allocations majorées

Le complément familial versé aux familles ayant trois enfants et plus à charge, et des revenus ne dépassant pas un certain plafond de ressources, passe de 185,20 euros par mois à 202,05 euros, soit une hausse de 9%. Quant à l’allocation de soutien familial destinée aux familles monoparentales, elle est portée à 100,08 euros par mois et par enfants contre 95,52 euros en 2014. Il s’agit d’une progression d’environ 5%.

  • Un bonus allant jusqu'à 10.000 euros pour les véhicules propres

C’est un coup de pouce pour les ménages qui veulent rouler plus vert. Ils peuvent désormais bénéficier d’une prime jusqu’à 10.000 euros pour l'achat ou la location plus de deux ans d'un véhicule électrique, et jusqu’à 6.500 euros pour une voiture hybride rechargeable. Et ce à condition de mettre à la casse une voiture Diesel mise en circulation avant le 1er janvier 2001. Une aide spécifique de 500 euros est par ailleurs prévue pour les ménages non imposables qui achètent un véhicule neuf ou d'occasion émettant entre 61 et 110g de CO2 par kilomètre et respectant la norme Euro 6, ou d'une voiture d'occasion électrique ou hybride.

  • Pôle emploi: Le choix entre droits rechargeables ou droit d'option

C’est une mesure qui va bénéficier à environ 120.000 chômeurs fortement touchés par les effets du nouveau système des droits rechargeables. Ce système, mis en place en octobre 2014 permet à un chômeur de préserver des droits à indemnisation en cas de reprise d'emploi, alors qu'il en perdait une partie auparavant. Mais des demandeurs d’emploi ont été pénalisés avec un écart d'au moins 30% entre anciens et nouveaux droits. Ils pourront donc choisir entre percevoir une allocation-chômage plus élevée moins longtemps ou une indemnité plus faible mais plus longtemps. Condition principale à remplir: avoir travaillé dernièrement au moins quatre mois. L'information sur la possibilité d'exercer le droit d'option, les montants et les durées d'indemnisation au titre des droits rechargeables et du droit d'option seront mentionnés sur la notification de droits du demandeur d'emploi, précise l'opérateur. Le droit d'option s'exercera uniquement après une demande du demandeur d'emploi, qui disposera ensuite d'un délai de réflexion de 21 jours avant de prendre une décision irrévocable, ajoute Pôle emploi.

Que va changer le système de «droits rechargeables»?

  • Nouvel étiquetage de la viande

A compter du 1er avril 2015, les mentions des lieux d’élevage et d’abattage devront figurer sur les étiquettes des viandes fraîches, réfrigérées et congelées des animaux d’espèces porcine, ovine, caprine et des volailles. Le lieu de naissance n’est pas obligatoire, à la différence de la viande bovine. Cette nouvelle réglementation avait été décidée par la Commission européenne en décembre 2013. Quant à la viande utilisée dans les aliments transformés, les eurodéputés ont demandé en février à la Commission européenne d'imposer la mention du pays d'origine des viandes utilisées dans les plats préparés, après le scandale de la viande de cheval. La balle est désormais dans le camp de la Commission.