Wall Street s'affaisse à l'issue d'une séance frileuse

© 2015 AFP

— 

Wall Street où se trouve le siège de la Bourse de New York
Wall Street où se trouve le siège de la Bourse de New York — Jewel Samad AFP

Wall Street s'est tassée jeudi, à l'issue d'une séance au cours de laquelle les investisseurs n'ont pas pu rebondir sur la forte baisse de la veille, faute de grande actualité économique: le Dow Jones a cédé 0,23% et le Nasdaq 0,27%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui avait reculé de plus de 1,5% la veille, a perdu 40,31 points à 17.678,23 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 13,16 points à 4.863,36 points, au lendemain d'une baisse de près de 2,5%.

L'indice élargi S&P 500, sur lequel se basent de nombreux investisseurs, a abandonné 0,24%, soit 4,90 points, à 2.056,15 points.

Revenue sous le niveau auquel elle avait commencé l'année, Wall Street a eu du mal à dégager une tendance pendant toute la séance, le Dow Jones passant parfois dans le vert sans parvenir à concrétiser une hausse.

«La séance a été plutôt incertaine», a souligné Bill Lynch, de Hinsdale Associates. «On est entrés dans une période où il n'y a pas beaucoup d'actualité pour les marchés, que ce soit sur le plan macroéconomique ou les résultats d'entreprises, et face à ce vide, de nombreux investisseurs s'inquiètent de l'avenir.»

«La saison des résultats du premier trimestre est dans deux semaines et demie, et le marché se demande ce qu'ils vont donner, étant donné le récent renforcement du dollar», dont le haut niveau pénalise les exportateurs et les multinationales, a-t-il précisé.

Faute d'actualité économique, à part une baisse plus forte que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, «le marché se préoccupe de la géopolitique, en particulier au Yémen», a rapporté David Levy, de Kenjol Capital Management.

Des avions de la coalition menée par l'Arabie Saoudite ont lancé de nouvelles frappes jeudi soir au Yémen contre les rebelles chiites que l'Iran, qui a dénoncé une intervention «dangereuse», est accusé de soutenir.

«L'actualité yéménite ajoute surtout de l'huile sur le feu (...) pour un marché déjà préoccupé par la valorisation (élevée) des actions», et «craintif face une éventuelle hausse des taux» de la Réserve fédérale (Fed), qui les maintient actuellement proches de zéro, a résumé Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Il citait plus particulièrement comme facteurs de baisse jeudi des rééquilibrages de portefeuilles, à l'approche de la fin du trimestre, et la chute de 18,45% à 66,20 dollars du titre de Sandisk, spécialiste des produits informatiques à base de mémoire flash, qui a révisé à la baisse ses prévisions de chiffre d'affaires.

- Accenture bondit -

Le spécialiste des vêtements pour le yoga Lululemon gagnait 4,93% à 63,97 dollars, après avoir annoncé une hausse de ses ventes à périmètre comparable lors du dernier trimestre.

Le groupe de conseil et de services informatiques Accenture, qui a publié des résultats trimestriels meilleurs que prévu, bondissait de 6,76% à 94,17 dollars, même s'il a ajusté ses prévisions annuelles pour tenir compte d'effets de changes plus négatifs que prévu.

Le réseau social Twitter, qui a lancé une application de diffusion de vidéos en direct en réponse à sa rivale Meerkat, a avancé de 0,85% à 49,92 dollars.

Winnebago, spécialiste des camping-cars, a chuté de 14,29% à 20,39 dollars, après avoir annoncé une nette baisse de son bénéfice trimestriel, jugé très décevant, ce qu'il a expliqué par une hausse des dépenses d'exploitation.

Le marché obligataire reculait nettement. Vers 20H30 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,001% contre 1,925% mercredi soir, et celui à 30 ans à 2,585% contre 2,456% précédemment.

Nasdaq Nyse