Cigarettes: 13 euros, «juste» prix du paquet

SANTE Des chercheurs ont calculé le coût réel du tabac pour la collectivité en comptant arrêts maladie et absences au travail…

Vincent Vantighem

— 

Arrêts maladies, absences au travail... Le coût du paquet de cigarettes devrait être de 13,07 pour ne rien coûter à la collectivité.
Arrêts maladies, absences au travail... Le coût du paquet de cigarettes devrait être de 13,07 pour ne rien coûter à la collectivité. — Denis Charlet AFP

Fumeuse pour certains, l’étude du cabinet Microeconomix publiée, ce lundi, n’en reste pas moins prometteuse pour rééquilibrer les finances publiques. Deux économistes de ce cabinet de conseil se sont attelés à calculer le coût réel de la consommation de tabac en France pour l’ensemble de la collectivité. Il en ressort que le paquet de cigarettes devrait coûter 13,07 euros pour que l’addiction des uns ne coûte rien aux autres, d’après Le Parisien qui révèle cette information.

Le prix des cigarettes n'augmentera pas en 2015

Le principe est simple. Arrêt maladie, absences au travail, soins importants: la consommation de tabac peut engendrer des coûts qui ne rentrent pas aujourd’hui dans le prix affiché chez les buralistes. D’après le calcul, le coût du paquet de blondes devrait atteindre 13,07 (soit une augmentation de six euros) pour représenter une opération blanche pour la communauté.

Les fumeurs décédés ne payent pas d’impôts

Mais l’Etat ne serait pas forcément le grand gagnant de cette opération. Car, malgré tous les défauts qu’il occasionne, le tabac représente aujourd’hui une source de revenus pour l’Etat. De près d’un milliard d’euros environ, même.

Interview: «Bercy et les cigarettiers travaillent main dans la main»

Dans la balance négative, l’Etat doit s’acquitter de 16,3 milliards d’euros en dépenses de santé pour les fumeurs. Auxquels il faut ajouter 3,3 milliards d’euros d’impôts non perçus pour cause de décès prématurés, indique Le Parisien. Mais dans la balance positive, l’Etat engrange 14 milliards de taxes sur le tabac et, comble du cynisme de cette étude, économise 6,6 milliards d’euros en pensions de retraites non versées aux fumeurs décédés plus tôt.

Les entreprises trinquent à cause de la clope

Ce sont surtout les bénéfices des entreprises qui partent en fumée à cause des accrocs à la nicotine, selon l’étude de Microeconomix. Entre absences répétées et pertes de rendements, les entreprises doivent aussi dépenser plus pour recruter et former de nouveaux salariés à la place des fumeurs malades ou décédés.

La loi Evin ne fait pas un tabac en entreprise

Rien que pour 2013, ce surcoût pour les entreprises est estimé à 16 milliards d’euros, d’après les deux économistes. D’où cette idée de «pousser» le prix du paquet à 13,07 pour rétablir l’équilibre. Sauf qu’à ce tarif, de nombreux fumeurs seraient tentés de définitivement écraser leur cigarette. Et qu’il faudrait alors… refaire l’étude.