Interparfums achète Rochas à Procter & Gamble pour 108 M USD

© 2015 AFP

— 

Le groupe Interparfums, spécialisé dans la conception et la distribution de parfums sous licences, va racheter Rochas à son propriétaire américain Procter & Gamble
Le groupe Interparfums, spécialisé dans la conception et la distribution de parfums sous licences, va racheter Rochas à son propriétaire américain Procter & Gamble — Bertrand Guay AFP

Le groupe Interparfums, spécialisé dans la conception et la distribution de parfums sous licences, va racheter Rochas à son propriétaire américain Procter & Gamble pour 108 millions de dollars (102 millions d'euros), selon un communiqué publié jeudi.

Selon le quotidien Le Figaro, qui avait révélé l'opération quelques heures plus tôt, c'est la transaction la plus importante de l'histoire du groupe.

L'acquisition, effectuée entièrement en numéraire, sera financée par un emprunt à moyen terme.

Interparfums dispose en sus de moyens financiers conséquents depuis que la marque de luxe britannique Burberry lui a versé 181 millions d'euros pour reprendre en direct les parfums que le groupe français avait développés en son nom.

«Dans les années 1970, Rochas faisait partie des plus grandes marques de parfum avec Dior, Guerlain et Chanel», a rappelé le PDG du groupe Philippe Benacin dans un entretien au Figaro.

L'an dernier, Rochas a réalisé un chiffre d'affaires de 46 millions de dollars, aux trois-quarts avec ses lignes de parfums Eau de Rochas et Rochas Man, le reste avec ses fragrances historiques Femme, Madame Rochas et Tocade. La société perçoit aussi quelque 2 millions de dollars de royalties par an, versés par une quinzaine de licenciés.

Dans un premier temps, explique le Figaro, Interparfums va recentrer Rochas sur ses deux principales lignes, pour viser un chiffre d'affaires dans les parfums de 25 millions d'euros en 2016. D'ici trois à quatre ans, des ventes de 50 millions d'euros sont espérées.

«Comme nous devenons propriétaires de la marque et de ses archives, nous n'aurons pas de royalties à verser et nous avons l'éternité devant nous pour la développer, sans avoir de comptes à rendre», s'est félicité M. Benacin.

Après la perte de la licence Burberry, qui avait représenté un temps les deux-tiers de ses ventes, Interparfums compte encore un important portefeuille de parfums développés sous licence, notamment pour Montblanc, Jimmy Choo, Repetto ou Balmain.

Fondé en 1925 à Paris, Rochas avait été cédé en 1987 au groupe allemand Wella, qui devait lui-même tomber dans l'escarcelle de Procter & Gamble en 2003.

En sus des parfums, Rochas comporte une activité dans la couture, qui va donc permettre à Interparfums d'effectuer une diversification en dehors de son métier d'origine.

L'opération va ouvrir à Interparfums «des espaces nouveaux en termes de créativité, de choix esthétiques, de design et de marketing. Elle nous permettra de gérer une marque de parfums de manière plus globale, avec une très grande visibilité et sans contrainte de temps», s'est félicité M. Benacin, cité dans le texte.

A la Bourse de Paris, le titre Interparfums progressait de 0,43% dans les premières transactions, à 30,50 euros.