Lufthansa encore paralysé par une grève de ses pilotes, 750 vols annulés

© 2015 AFP

— 

Des avions de la Lufthansa sur le tarmac de l'aéroport de Francfort en Allemagne, le 18 mars 2015
Des avions de la Lufthansa sur le tarmac de l'aéroport de Francfort en Allemagne, le 18 mars 2015 — Christoph Schmidt DPA

Quelque 750 vols court et moyen-courriers de la compagnie allemande Lufthansa ont été annulés mercredi, affectant 80.000 passagers, en raison d'une nouvelle grève des pilotes qui se prolongera jeudi et vendredi, signes d'un durcissement du conflit.

Ce sont donc plus de la moitié des 1.400 vols prévus pour la journée en provenance et à destination de l'Allemagne et du reste de l'Europe qui ont été supprimés, les avions concernés par ce mouvement de grève, le douzième en un an, partant des aéroports de Francfort ou Munich ou y arrivant.

Lufthansa propose aux voyageurs dont le vol est annulé de modifier leur réservation, ou de prendre le train.

Les vols des filiales de Lufthansa Germanwings, Swiss Air, Austrian Airlines ou Eurowings ne sont pas concernés par ce mouvement de grève des pilotes qui protestent contre une modification de leurs conditions de départ en préretraite.

A l'origine du mouvement, le syndicat Cockpit a dans un premier temps annoncé que la grève se poursuivrait jeudi «de 00H01 à 23H59», uniquement sur les vols long-courriers et l'activité fret de Lufthansa Cargo.

Mercredi soir, il a annoncé que la grève continuerait aussi vendredi, de nouveau sur les vols court et moyen-courriers.

Selon la compagnie, près de la moitié des vols, soit 42 sur les 85 long-courriers prévus au départ d'Allemagne, sont annulés jeudi. Elle prévoit un retour à la quasi-normale vendredi pour ces long-courriers.

Sur les vols fret, la compagnie a indiqué qu'il ne devrait pas y avoir de perturbations.

Jugeant ce nouveau mouvement «complètement incompréhensible», Lufthansa a promis de proposer des solutions de repli à la plupart des voyageurs concernés. Ainsi, des liaisons entre Francfort et Vienne ont été tout de même assurées avec un appareil Boeing 777 de plus de 300 sièges, contre des vols A320 en temps normal. Germanwings qui n'assure aucune liaison au départ ou à destination de Francfort a également exceptionnellement été mise à contribution.

- Douzième grève -

C'est la douzième fois depuis le printemps dernier que le programme des vols de Lufthansa est perturbé par des grèves de pilotes. En février, une grève de deux jours avait obligé Germanwings à annuler près de 340 vols.

La compagnie tente à chaque fois de limiter au maximum l'impact de ces mouvements sociaux, en faisant appel aux services de pilotes de remplacement ou en organisant d'autres modes de transport et en prévenant ses clients par mails ou SMS.

La liste des vols assurés pendant les deux journées de grève est consultable sur www.LH.com.

Cockpit s'oppose depuis des mois au projet de la direction de revenir sur la possibilité actuelle des pilotes de partir en préretraite à 55 ans avec 60% de leur salaire, dénonçant «une dégradation significative pour les jeunes pilotes» exposés à la future réforme.

Les pilotes s'inquiètent aussi de la volonté de Lufthansa de développer ses activités low-cost pour faire face à une concurrence accrue.

Alors que la direction de la compagnie assure avoir fait des propositions au syndicat sur la question des pré-retraites, Cockpit affirme qu'elle «n'a pas bougé d'un millimètre».

«Les mesures de contestation sont étendues, pour mettre davantage la pression sur la direction de Lufthansa», affirme dans un communiqué le syndicat qui réclame que la compagnie «négocie sérieusement» ou «accepte une médiation globale».

«Au lieu de travailler à des solutions durables pour l'avenir, Cockpit augmente les préjudices pour les clients de Lufthansa partout dans le monde», a rétorqué la direction, appelant à une «reprise immédiate» des discussions.

«Il est irresponsable de refuser toute forme de négociation, pour le maintien des privilèges de 5.400 employés sur les 120.000 que compte l'entreprise», ajoute Lufthansa dans un communiqué.

La compagnie rappelle avoir passé ces derniers mois des accords «ajustant des vieux privilèges aux conditions du marché» pour les 5.000 autres pilotes de ses filiales, notamment chez Swiss Air, Austrian Airlines, Brussels Airlines et Eurowings.

En 2014, les grèves a répétition ont coûté 232 millions d'euros au groupe Lufthansa.