Opel se retire de Russie et ferme son usine de Saint-Pétersbourg

AUTOMOBILE La décision devrait se traduire par une charge de 600 millions de dollars dans les comptes de General Motors...

20 Minutes avec agences

— 

Opel, filiale européenne du constructeur américain General Motors, a annoncé mercredi son intention de se retirer du marché russe, où ses ventes se sont effondrées
Opel, filiale européenne du constructeur américain General Motors, a annoncé mercredi son intention de se retirer du marché russe, où ses ventes se sont effondrées — Robert Michael AFP

Opel, filiale européenne du constructeur américain General Motors, a annoncé, ce mercredi, son intention de se retirer du marché russe, où ses ventes se sont effondrées. Les perspectives sur le marché russe «ne sont pas bonnes, non seulement à court terme mais aussi à moyen et long terme», a justifié le patron d'Opel Karl-Thomas Neumann, dans une interview au journal allemand Handelsblatt (dont des extraits ont été publiés à l'avance).

Dans un communiqué diffusé peu de temps après, Opel a précisé que les marques Opel et Chevrolet allaient se retirer du marché russe, complètement pour la première et à l'exception de certains modèles ciblés pour la deuxième. A l'avenir «GM va se concentrer sur le segment premium du marché russe», précise le communiqué, à savoir les marques Cadillac et une poignée d'«icônes américaines» de Chevrolet.

70.000 voitures devaient être vendues en Russie cette année

La décision va se traduire par la fermeture du site de Saint-Pétersbourg, qui compte un millier de salariés, «d'ici la mi-2015», de même que la fin d'un partenariat avec le russe GAZ pour la fabrication de Chevrolet. Opel a indiqué que la décision se traduirait par une charge de 600 millions de dollars dans les comptes de General Motors, l'essentiel au cours du premier trimestre 2015. Quant aux 70.000 voitures qui devaient être vendues en Russie cette année, elles seront écoulées sur d'autres marchés européens.

Russie: le marché automobile sombre sans reprise à l'horizon

Le marché automobile russe s'est effondré ces derniers mois, sur fond de crise en Ukraine, d'économie et de rouble en déroute, avec une chute sur un an de 38% des ventes de voitures en février, par exemple. Si la plupart des constructeurs réduisent leurs effectifs et appliquent des périodes répétées de chômage technique pour faire face à cette situation, c'est la première fois qu'un grand constructeur décide de quitter le marché russe depuis le début de cette crise.

 

(1). L'usine de Saint-Pétersbourg d'Opel a été inaugurée en 2008 et représente un investissement de 300 millions de dollars pour une capacité de production de 60.000 véhicules. Elle produit la Chevrolet Captiva, la Chevrolet Cruze, l'Opel Antara et l'Opel Astra ainsi que des Cadillac.