Marchés: Paris limite les initiatives avant d'en savoir plus du côté de la Fed

© 2015 AFP

— 

Le Palais Brongniart à Paris, place de la Bourse à Paris
Le Palais Brongniart à Paris, place de la Bourse à Paris — Fred Dufour AFP

La Bourse de Paris a fini à l'équilibre (+0,09%) mercredi, les investisseurs évitant les positions trop tranchées avant d'en savoir plus sur les intentions de la Réserve fédérale américaine (Fed).

L'indice CAC 40 a gagné 4,49 points à 5.033,42 points, dans un volume d'échanges étoffé de 4,3 milliards d'euros. La veille, il avait lâché 0,64%.

L'attente des conclusions d'une réunion de la banque centrale américaine a limité toute la journée les initiatives, sur un marché par ailleurs privé d'indicateurs majeurs.

«Le marché est resté dans l'attente et la fébrilité», avant la réunion de la Fed, «ce qui a créé un peu de volatilité», a observé Christian Jimenez, président de Diamant Bleu Gestion.

Le comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) a débuté mardi et s'achèvera après la clôture des marchés européens, avec un communiqué suivi d'une conférence de presse de sa présidente Janet Yellen.

Les investisseurs espèrent obtenir de nouveaux éléments sur le calendrier de la remontée des taux américains, qui doit intervenir d'ici à la fin de l'année compte tenu de l'amélioration de l'économie aux Etats-Unis.

Sur le terrain des valeurs, Lafarge a retrouvé des couleurs (+5,45% à 62,67 euros) après avoir été sous pression au début de la semaine en raison de doutes sur sa fusion avec le suisse Holcim. Les deux groupes tentent de trouver une solution qui leur permette de fusionner, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Rexel a profité (+1,93% à 17,95 euros) d'une recommandation à «surpondérer» de Barclays.

En revanche, Legrand a été pénalisé (-1,99% à 49,29 euros) par un abaissement de recommandation de «neutre» à «sous-pondérer» de Morgan Stanley.

Plusieurs valeurs industrielles ont subi des prises de bénéfices après un début d'année très favorable, à l'image du secteur automobile avec PSA Peugeot Citroën (-2,76% à 15,16 euros) et Renault (-4,36% à 83,08 euros).

Euronext