Mesures contre la pauvreté en Grèce: «pas de veto» de la Commission européenne

© 2015 AFP

— 

Un homme dort devant une banque du centre d'Athènes, le 13 mars 2015
Un homme dort devant une banque du centre d'Athènes, le 13 mars 2015 — Aris Messinis AFP

La Commission européenne défend «pleinement l'objectif d'aider les plus vulnérables» en Grèce et n'oppose «pas un quelconque veto» aux mesures d'urgence que le gouvernement d'Alexis Tsipras s'apprête à faire voter, s'est défendu mercredi le commissaire européen Pierre Moscovici.

Il répondait à des informations de presse affirmant que Bruxelles empêcherait la Grèce de faire voter ce projet de loi pour aider les citoyens les plus démunis, frappés par la crise.

L'affaire est partie de la publication sur son blog par un journaliste de Channel 4 News, Paul Mason, d'un message de Declan Costello, représentant de la Commission européenne parmi les créanciers de la Grèce. Dans le texte, M. Costello demande la mise en place «préalable» de «consultations appropriées» avant de faire voter mercredi la loi humanitaire.

«Nous soutenons pleinement l'objectif d'aider les plus vulnérables dans la société grecque, il n'est pas question d'un quelconque veto d'un projet de loi humanitaire comme je l'ai vu rapporté dans certains médias», a déclaré M. Moscovici, refusant un «faux procès» fait à la Commission.

M. Costello «a voulu souligner qu'il y a un accord-cadre et que les autorités grecques doivent travailler avec les institutions, ce qui implique des consultations», a-t-il expliqué.

«Nous avons besoin de pouvoir évaluer l'impact budgétaire, de vérifier quelles sont les autres proposions pouvant être incluses dans cette loi budgétaire, qui peuvent avoir un impact en termes de dépenses», a poursuivi M. Moscovici, s'exprimant lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

«La Commission européenne agit dans le sens de l'intérêt général européen, dans le sens de l'intérêt du peuple grec, et parfois on le lui reproche ailleurs», a-t-il ajouté, tout en louant le «travail remarquable» de la Commission en Grèce et de ses «équipes d'une qualité exceptionnelle».