Orange: L'opérateur veut raccorder 20 millions de foyers à la fibre optique à l'horizon 2020

HIGH-TECH Alors que l''endettement financier net de l'opérateur a été ramené à 26 milliards d'euros fin 2014...

20 Minutes avec agences
Orange à Saint-Denis, près de Paris, le 5 décembre 2012
Orange à Saint-Denis, près de Paris, le 5 décembre 2012 — Eric Piermont AFP

Orange vient de dévoiler, ce mardi, les objectifs de son plan Essentiels 2020. Au niveau mondial, le groupe prévoit donc d'investir 15 milliards d'euros entre 2015 et 2018 dans ses réseaux et de tripler ses investissements dans la fibre optique en France pour toucher 20 millions de logements raccordables d'ici à 2020. Objectifs: «offrir à chaque client une meilleure expérience utilisateur» et «renouer avec la croissance».

En plus des efforts sur la fibre optique, l'opérateur de télécoms ambitionne de multiplier par trois le débit moyen de ses abonnés fixes et mobiles d'ici à fin 2018. En Europe, Orange vise ainsi, d'ici trois ans, de disposer d'une couverture 4G dépassant 95% dans les pays où il est présent. En Afrique et au Moyen-Orient, marchés en croissance forte depuis plusieurs années, l'opérateur compte déployer la 4G dans la majorité des pays lors des trois prochaines années.

Généralisation de concept stores

«Nous voulons que nos clients profitent en toute confiance de la révolution numérique, avec une qualité de service exemplaire dans tous les lieux qui comptent pour eux», a expliqué Stéphane Richard, PDG du groupe lors d'une conférence téléphonique.

Au-delà des investissements, l'amélioration de l'expérience client passera également par la généralisation de concept stores (magasin de détail thématique), organisés par univers: maison, famille, travail, bien-être, divertissement. «20% des boutiques Orange seront sous concept "Smart Store" en France et en Europe en 2018», a souligné Stéphane Richard, qui a également annoncé une nouvelle box pour l'année prochaine.

Afrique: Orange lance "Klif", son smartphone à 40 dollars

Avec ce plan stratégique, le patron de l'opérateur historique, héritier du réseau traditionnel téléphonique toujours utilisé pour l'ADSL et dont l'endettement financier net a été ramené à 26 milliards d'euros fin 2014, veut accompagner au mieux la migration vers le «tout-IP». Un service qui permettra de centraliser services et réseaux via le protocole internet, d'où des économies en matière d'infrastructure. Depuis le 1er décembre 2014, Orange ne raccorde d'ailleurs plus certains immeubles neufs à son réseau cuivre.