Alibaba: Le géant chinois dévoile ses ambitions mondiales à Hanovre

WEB En multipliant les investissements dans les smartphones, les paiements en ligne ou la banque, la plateforme veut séduire Etats-Unis et Europe...

20 Minutes avec agences

— 

Jack Ma (c), le fondateur d'Alibaba, devant la Bourse de New York, le 19 septembre 2014
Jack Ma (c), le fondateur d'Alibaba, devant la Bourse de New York, le 19 septembre 2014 — Jewel Samad AFP

Après une entrée en bourse spectaculaire, Alibaba a dévoilé ses ambitions au salon des technologies (CeBIT) qui se déroule du 16 au 20 mars à Hanovre, en Allemagne. Le spécialiste de l'e-commerce est venu représenter la Chine, invitée d'honneur du salon.

Citant des entreprises telles que Wal-Mart, IBM ou Microsoft, Jack Ma, le fondateur du groupe a tenu à rappeler que ses ambitions vont bien au-delà du e-commerce. Pour preuve, le PDG a dévoilé un système de paiement mobile, basé sur la reconnaissance faciale. Objectif: concurrencer le chinois Tencent, mais aussi eBay et Amazon.

Chine: Alibaba investit dans un fabricant de smartphones pour défier Android

Amazon, bientôt racheté ?

Ce dernier pourrait, selon les analystes, se faire d'ailleurs racheter par le chinois afin «d'éviter d'avoir à investir dans l'installation de la marque aux Etats-Unis», indique Zia Daniell Wigder, spécialiste du e-commerce chez Forrester Research, une entreprise de conseil américaine. Malgré ces observations, il est plus probable, selon elle, qu'Alibaba s'attaque aux marchés émergents, tout en se renforçant prudemment dans les pays développés.

En effet, Alibaba, qui avait, le 11 mai dernier, lancé un site de ventes en ligne aux Etats-Unis, défie désormais Amazon sur le terrain du cloud en y introduisant Aliyun, sa filiale de gestion informatique en ligne. Plus récemment, le groupe qui possède aussi un système de navigation, un voyagiste en ligne, un service de musique en streaming, et bientôt une banque privée, a investi 200 millions de dollars dans Snapchat.

«Plus gros écosystème numérique de Chine»

Il y a 10 ans, Alibaba était encore une start-up à la manœuvre pour empêcher eBay de prendre racine en Chine. Aujourd'hui, «plus gros écosystème numérique de Chine», le site capitalise sur l'analyse des données des utilisateurs. Il ne facture aucune commission aux usagers, mais tire ses revenus de la publicité. Et les échanges annuels réalisés sur ses plateformes, encore essentiellement chinoises, dépassent aujourd'hui ceux d'eBay et Amazon cumulés dans le monde. 

Cinq choses à savoir sur Alibaba, avant sa mega-introduction en Bourse

«Où que vous soyez en Chine, Alibaba sait ce que vous faites», résume Bryan Wang, analyste de Forrester Research. Mais cela ne semble pas suffire au géant chinois qui veut s'internationaliser. Pour cela, il table sur des produits fiables, «sa priorité numéro un», relève Kitty Fok, analyste du cabinet IDC. Car pour croquer l'Europe et les Etats-UNis, Alibaba devra lutter plus «vigoureusement contre les contrefaçons vendues sur ses plateformes».