Les trois pistes de la SNCF pour relancer le TGV

TRANSPORT Le groupe, concurrencé par l'autocar et le covoiturage, cherche à redorer le blason du TGV...

O. G.

— 

Un passager à côté d'un TGV en gare de Bordeaux, le 9 juillet 2012
Un passager à côté d'un TGV en gare de Bordeaux, le 9 juillet 2012 — Loic Venance AFP

Opération séduction pour la SNCF en perte de vitesse. Entre le TGV, véritable locomotive du groupe, qui séduit de moins en moins, et une concurrence accrue (covoiturage, bus, avion low cost), le groupe cherche à se réinventer.

La SNCF pourrait ainsi subir une perte de chiffre d'affaires allant jusqu'à 200 millions d'euros avec la nouvelle concurrence des autocars rendue possible par la loi Macron. Plus précisément, le groupe s’attend à perdre 150 millions d'euros pour le TGV et de 50 millions pour les trains intercités, selon une étude interne.

Rachel Picard, la nouvelle patronne de ce département qui couvre le TGV, a promis que la SNCF n'allait pas rester «les bras croisés», révèlent Le Monde et Les Echos. Et a dessiné mercredi ses priorités pour redorer le blason du TGV d’ici 2017. Revue du plan de bataille en trois temps.

Miser sur les petits prix

Avec un atout nommé Ouigo. La SNCF compte sur ces TGV low cost, qui relient depuis 2013 Marne-la-Vallée-Chessy (Seine-et-Marne) et les destinations de l'axe rhodanien. Et multiplie les liaisons: avec un Paris-Nantes fin 2016, «et en 2017 on aura Bordeaux et Rennes» toujours au départ de gares périphériques d'Île-de-France a révélé Rachel Picard lors d’un point presse mercredi.

Ouigo constitue un outil de conquête pour la SNCF, a remarqué Rachel Picard: «c'est 50% de nouveaux clients, qui n'auraient pas pris le train» autrement.

Des offres réduites et plus lisibles

La SNCF multiplie également les offres attractives sur ces TGV. Même pour ceux qui ne peuvent prévoir trois mois à l'avance leurs déplacements... A partir du 24 mars, elle lance des places de TGV jusqu’à juin avec 40 à 50 % de réduction jusqu’à 4 jours avant le départ. Soit 600.000 billets sur trois mois. A condition que les trains ne soient pas remplis…

Le groupe réfléchit à une offre spéciale pour les PME. Et souhaite retravailler toute la grille des tarifs en 2016 pour la rendre plus claire. Le public regrette en effet le flou entourant les prix des TGV, désormais perçus comme trop chers.

Améliorer le confort

Des rames plus grandes, plus lumineuses… Et avec plus de passagers. Le nouveau matériel produit par Alstom qui arrivera sur les rails entre 2016 et 2019 promet plus de confort avec notamment un nouveau siège, plus incliné, qui doit être dévoilé en septembre 2015. Autre atout: internet à bord via la 3G et la 4G espéré pour fin 2016.

La SNCF donne un coup d’accélérateur à son plan digital