Renault Sandouville va assurer 36% des 500 embauches prévues en France

© 2015 AFP

— 

Des employés au travail, le 30 septembre 2014, sur une chaîne de montage de l'usine Renault de Sandouville, dans le nord de la France
Des employés au travail, le 30 septembre 2014, sur une chaîne de montage de l'usine Renault de Sandouville, dans le nord de la France — Charly Triballeau AFP

L'usine Renault de Sandouville, près du Havre, spécialisée dans les véhicules utilitaires, embauchera 183 personnes en CDI à partir de juin, a annoncé mardi son directeur, Jérôme Moinard.

Ces embauches, qui concernent des personnes de niveau CAP/BEP, bac professionnel et BTS/DUT, vont représenter plus d'un tiers (36,6%) des embauches promises en France par Carlos Ghosn pour 2015. Le PDG de Renault avait annoncé début février le recrutement de 1.000 CDI, dont la moitié en France.

L'usine de Sandouville, auparavant dédiée aux voitures particulières de Renault, de la R16 à la Laguna, est maintenant spécialisée dans les utilitaires et produit notamment le nouveau Renault Trafic.

«Le Trafic est un vrai succès et nous en sommes à une production de 440 véhicules par jour», a déclaré M. Moinard à la presse.

«On est plein pot avec deux équipes de production», a-t-il ajouté, précisant que si la production devait dépasser les 100.000 véhicules par an, une troisième équipe serait nécessaire.

Sur la même ligne de production, Renault Sandouville fabrique les versions utilitaires et passagers du Trafic, ainsi que l'utilitaire Opel Vivaro. En 2016, elle produira le modèle de Fiat appelé pour le moment Scudo.

Pour les prochaines embauches, Renault Sandouville va puiser dans ses importants effectifs d'intérimaires (1.200 personnes). Le nombre de salariés en CDI de l'usine s'élève actuellement à environ 1.500. Mais l'usine cherche également du personnel plus qualifié de niveau BTS/DUT qui n'est pas nombreux parmi les actuels intérimaires.

Après avoir eu des effectifs au plus bas en 2013, l'usine haut-normande a été relancée grâce aux utilitaires, a souligné M. Moinard.