Vivendi recule en Bourse après avoir accepté de céder ses 20% de SFR-Numericable

© 2015 AFP
— 
Le siège de Vivendi à Paris, en février 2013
Le siège de Vivendi à Paris, en février 2013 — Eric Piermont AFP

Le titre du groupe Vivendi, recentré sur les médias, reculait nettement lundi matin à la Bourse de Paris après avoir accepté l'offre de Patrick Drahi pour la cession de ses 20% de l'opérateur Numericable-SFR dont le titre grimpait. 

A 09H47 (08H47 GMT), l'action Vivendi perdait 5,29% à 20,67 euros tandis que Numericable-SFR se hissait en tête du SBF 120, gagnant 5,92% à 58,68 euros, dans un marché en léger repli de 0,12%.

L'offre de 40 euros par action représente une prime de 20% par rapport au cours du titre au 27 novembre, lorsque Vivendi a conclu la cession de SFR, note le groupe.

Elle est toutefois inférieure au cours actuel de l'opérateur de télécoms, ce qui en fait une opération «bien menée» pour Numericable-SFR, commente Xavier de Villepion, un vendeur d'actions chez HPC, qui juge toutefois la réaction du marché «peut-être un peu sévère» à l'encontre de Vivendi. 

Le groupe dirigé par Vincent Bolloré affiche en 2014 un bénéfice plus que doublé à 4,7 milliards d'euros et a annoncé qu'il versera un dividende 2014 de 1,0 euro, un niveau maintenu pour 2015-2016, une absence de progression accueillie froidement par les investisseurs, fait remarquer M. de Villepion. 

«L’objectif est de maintenir ce niveau de distribution au titre des exercices 2015 et 2016, représentant un retour aux actionnaires de 2 milliards d'euros supplémentaires», a précisé Vivendi qui prévoit également de racheter jusqu'à 2,7 milliards d'euros de ses propres actions.

Ce programme de rachat de titre se fait sur la base de la «prudence» puisque le prix proposé ne dépasse pas les «20 euros», décrypte M. de Villepion. Selon lui, le marché tend à s'aligner sur ce cours.