Guillaume Pepy table sur «une SNCF en croissance»

TRANSPORT Le patron de l'entreprise ferroviaire est revenu sur l'étude remise au Comité central d'entreprise, qui envisage 9.000 suppressions de postes...

Mathieu Gruel

— 

Le président de la SNCF Guillaume Pepy présente le plan #DIGITALSNCF lors d'une conférence de presse à Paris, le 10 février 2015
Le président de la SNCF Guillaume Pepy présente le plan #DIGITALSNCF lors d'une conférence de presse à Paris, le 10 février 2015 — Patrick Kovarik AFP

Le président de la SNCF Guillaume Pepy a affirmé samedi qu'il tablait sur «une SNCF en croissance», estimant que l'étude remise au Comité central d'entreprise qui envisage une baisse nette de près de 9.000 emplois d'ici 2020 présente «un scénario dont personne n'a entendu parler».

L'étude pour le CCE est «une prévision super-noire», a affirmé Guillaume Pepy invité de France Inter-iTÉLÉ-Les Echos, ajoutant que ce ne sont «pas du tout (ses) chiffres». «Ce rapport c'est un scénario dont personne n'a entendu parler», a-t-il déclaré.

«Moi, ma prévision c'est une SNCF qui est en croissance», a affirmé Guillaume Pepy. «Je ne suis pas la pour réduire la SNCF, je suis là pour développer la SNCF», a-t-il ajouté. Guillaume Pepy a souligné qu'en 2015, la SNCF «va être dans le Top 3 des entreprises françaises qui embauchent» avec «pas moins de 9.000 personnes» recrutées.

Travaux sans précédents

Il a aussi insisté sur le fait que «dans les mois qui viennent» la SNCF va mener «des travaux comme jamais sur le réseau» avec 1.500 chantiers ouverts. L'entreprise va dépenser cette année 2,7 milliards d'euros pour rénover des lignes existantes, et par exemple consacrer 1 milliard d'euros à la ligne du RER C, a-t-il précisé.

La SNCF est «dans une période de travaux sans précédent» avec «des dizaines et des dizaines de lignes qui ont fait l'objet de rénovations», et «maintenant il faut faire les travaux sur les lignes les plus importantes», a-t-il poursuivi.

Guillaume Pepy a aussi cité l'ouverture de 4 lignes à grande vitesse d'ici deux ans et le développement des «trains de la vie quotidienne» qui sont la «priorité». Mais les effectifs de l'entreprise dépendent aussi de sa clientèle et de son chiffre d'affaires, a-t-il rappelé, en exprimant son souhait de voir le chiffre d'affaires croître «à 5 ans (...) de 10 à 15%».

L'international devrait apporter 2,5% de croissance en 2015, a dit le président de la SNCF, prenant comme exemple l'ouverture dans quelques semaines d'un métro automatique conçu et exploité par la SNCF à Hyderabad, en Inde.

A la SNCF, un ingénieur sur trois et un cheminot sur quatre travaillent pour l'exportation, qui «crée de l'emploi en France», a-t-il indiqué.